english french german greek italian lithuanian russian serbian spanish
Accueil arrow In Brief arrow Emotion moments at EU Parliament's Closing Session of the 2014-2019 Legislature

Emotion moments at EU Parliament's Closing Session of the 2014-2019 Legislature

Ecrit par ACM
Tuesday, 23 April 2019

 

pe_last_debut__a_hemi7311_400

 

 

Moments of emotion during the last session


Closing session of the 2014-2019 legislature at the European Parliament in Strasbourg

from 15 to 18 April 2019


Article by Patrick Bracker

 

*********

(NDLR: Opinions express Writers' Views, but Not necessarily those of "Eurofora". Translations provided herewith in English + French this time)

*********



Beyond the parliamentary work to complete the 2014-2019 mandate, this last session proved to be full of emotions, presences and ruptures.

At the beginning of the session, however, the Chamber was only 50% full, with many activities taking place in the back of the house. However, these absences are not significant, in the sense that all these internal movements most often correspond to the working or organizational meetings that take place in the rooms adjoining the Chamber, where each political group has its own intensely used reserved premises.

The preparation of dossiers is carried out in an organized manner and ends in plenary with the interventions of all the political groups, without requiring all parliamentarians to meet in the Chamber at the same time, except, of course, during the votes where they are all present. This method can be considered as an intelligent optimization of the work of the European Parliament. 

As the week progressed on Tuesday, we were reassured at voting time, as the plenary was de facto filled with more than 90% of MEPs present.

For this last session, it is conceivable that the deputies and their teams were tidying up their offices while at the same time returning the working materials allocated to them with some final administrative formalities, no doubt.

Another aspect of parliamentary dynamics has been expressed in friendships that have developed over a time scale ranging from 5 years to over 30 years. Indeed, links have been forged within political groups, but also between political groups, and European hierarchies, including the Commission and the Council, since it is not uncommon for a Member of the European Parliament to assume high-level functions in the institutions.

A natural extension of the bonds of friendship with EU staff, transport or communication logistics, interpreters, bailiffs, journalists. The interpersonal skills allowed greetings and farewells, good cakes or friendly breakfasts, congratulations, even good luck wishes to each other, and perhaps for some, reunions. In any case, the positive dimension was required, which corresponds to the general state of mind of the house. All these relational dynamics are also a sign of Europe's good health.

Many heavyweights in the European Parliament have gradually announced their withdrawal from the next European elections, which are more or less old, from 10 to 20 years of presence, and some of them more than 30 years of in-depth European work! Continuity and transmission are also some of the determining factors for the good progress of the files... this confers a solid structure that is very useful for the continuation of the following legislatures. 

In the stands there were many visitors from all over Europe. Many high school students attended the debates, with the spontaneous emotion of discovering the institution and its functioning. Certainly the Union's Visitors' Service does a great and effective job of raising awareness of European values among young and not-so-young visitors alike!

It is often a unique opportunity, sometimes amusing and sometimes surprising, to meet the institution's visiting audiences. Most of the time, the encounters are made in a real sympathy and empathy, the people who come are happy to be there; in this particular atmosphere, there is a specificity of the European construction: at the service of citizens, there is something positive, dynamic, convivial at the heart of the European project ! 

I will add to this the dimension of citizens' happiness beyond the flags: indeed, the European Union and the other institutions cover societal construction values that go beyond the national or regional framework. Each floor at local, regional and national levels represents a part of the construction. From this architectural perspective, there is in principle a functional complementarity between the levels, all based on a foundation of values and their concrete implementation.

In short: one can love one's city, one's region, one's country, but the finality remains the development of the human being, his blossoming and his emancipation towards more universal values such as freedom, respect and love.

 Europe is there to remind nations of these realities when they turn away from the foundation of the values chosen together! All the great Europeans I have met over the past forty years have defended this essential aspect of construction.

It would be good to remember this, especially in current international issues that are not always well treated in terms of objectivity by one or the other. It will be recalled here that all too often in past centuries, and the previous one in particular, nations and "princes" of this world had forgotten these realities of human development and the values that enable progress. We had seen the pitiful results of their sinister designs and decisions.

The European construction has made real progress possible de facto and constitutes a serious safeguard to prevent these humans from falling back into their darkest and most often murderous ways, a large number suffering for the interests of a few..." The beast is still prowling"...

Even if not everything is perfect in recent developments, there is a significant difference with other autocratic, dictatorial or limited forms of the decision-making chain in other socio-economic areas. In view of this, Europe and its components represent a factor of hope and progress for human development, both at the level of the human person and at the level of communities.

However, the European construction does not seem to find a serious echo to its societal exemplarity in the other geographical spheres from which some prefer to benefit or even fight it, rather than to develop evolutionary systems similar to them... It would be good to understand its meaning in the interest of Europeans, European citizens and the European project, but also to avoid possible internal regressions, and influence peddling from outside minimizing our core values....  

Behind the scenes of the parliament, the distant, yet so close, memory of the Warsaw Ghetto of the 1940s was recalled, and many MEPs wore the yellow flower in commemoration of April 19, 1943. I put this flower in a buttonhole on my jacket, and answered the interview of the Polish television which organized the "Remember together". Beyond the commemoration of suffering and repression there are also the acts of resistance by the resistance fighters of the Ghetto which is recalled.  

The meeting with the Latvian Prime Minister provided an opportunity for an enthusiastic discussion on the future of Europe, and the dialogue with MEPs was very positive. At the end of the meeting, Mr Krisjanis Karins was applauded at length by the deputies. One could also feel a testimony from members of parliament with one of their former colleagues since the Prime Minister had served almost 10 years in parliament and left good memories for his colleagues.  

Many members wished the future MEPs who will take over after the May 2019 votes a good continuation.  They also thanked the staff of the Union, the interpreters, the bailiffs for their support, performance and quality of work, with a clear awareness of the value of these supports. President Tajani, President Juncker, or the Commissioners were also grateful to the Union's officials and staff. 

One future issue to be resolved will be the relationship between three components of the Union: the Commission, the European Council and the European Parliament, since it has been proven that cases are regularly blocked at Council level. This situation can be embarrassing insofar as the majorities voted on are not respected by the Heads of State, which raises questions about the democratic value of the Union.

The meeting of the EPP pan-European working group, organised by Lukas Mandl, focused on a theme linking the present, the past and the immediate future, the title being: "Looking Back and forth: the European Parliament 2014-2024. Achievements and further duties " After the brilliant introduction given by Dr Paul Rübig, Lukas Mandl moderated the general discussion with interventions from MEP Michaela Sojdrova, MEP Heinz Becker and Christian Zoll. Some relevant questions from the audience, coming from Bernt Posselt or from our guest diplomat Vladimir Chernega and the Austrian youth representative, were echoed and answered appropriately and constructively by the speakers.

As always, this meeting took place in a friendly and relaxed atmosphere. Unfortunately, the one-hour working time is too short. Indeed, after the appetite was whetted, we would often like to continue sharing, but we already had to leave for our respective schedules in the house. That being said, our meetings provide food for thought during the in-depth discussions by the committees and the EPP Group on the main themes dealt with. Congratulations for this continuity and the sharing brought by the participants, faithful to the activities. I wonder who could be awarded this new pan-European loyalty award, among others that were distributed, sometimes with humor!

Here too, within our pan-European unity, the emotion was palpable, not only for the renewal of the parliament but also because Dr Paul Rübig, who has been present since 1996, is not standing for re-election. We will miss him and his team, I think of Thomas and Stefan. However, we can be sure that Dr Rübig will come back to us on many occasions and will continue his action for the good of Europe, of the Austrian and European citizens. Good luck to him and to all of you  

After taking appropriate photos, and having a coffee with some colleagues from the ECHR and the Council of Europe present to prolong the discussion, we went back to our internal or external occupations.

Among the usual activities of presenting works of art that reflect European realities was the exhibition sponsored by Deputy Raffaele Fitto, Vice-President of the European Conservatives and Reformists (ECR) Group, on Salento, the peninsula at the southeast end of the Apulia region in Italy.

Entitled "De finibus terrae, Xylella landscapes", this photographic exhibition shows the devastating effects of the Sylella bacterium on olive trees. The paintings on display of this landscape metamorphosis were impressive. Of course this opens up an in-depth reflection at European level; we see here that the presentations of these realities, added by the creativity of the artists Bruna Rotunno and Fabian Albertini, help raise awareness among Europeans of the need to find solutions for the future in the face of a problem that may be more global. 

A scientific exhibition joined the debate held in the Chamber on "Horizon Europe" for which, as part of the EU's next long-term budget (2021-2027), the European Commission is proposing a €100 billion budget for research and innovation. The dynamics of scientific research in Croatia "Croatian innovations", sponsored by MP Davor Skrlec of the Green Group. The paintings presented in the space of the "Flowered Floor" showed Croatian-inspired achievements in various scientific fields such as: cycling or electric cars, crash detection or early warning systems for mopeds, the Echo smart system for air purification, the Ronna robotic neurotic navigation or the teddy smart toy bear, as well as other highly specialized information detection, monitoring or diagnostic systems, such as the RLC23 level crossing protection system or advanced research in the pharmaceutical field.

Another exhibition, which shows European creativity, already ancient, but very present nowadays due to sociological, war or accidental events, showed us the magnificent models of Chambord Castle and the spiral staircase, these extraordinary architectural achievements, at a time when architecture was full of meaning and quality. The presentation paintings reminded us of the times when humanism, art and construction worked in harmony thanks to the great artists of Europe sponsored by the rulers. Nowadays, with regard to current constructions, we can wonder about the place of these elements in harmony with the development of societies: nature, construction, the relationship between humans and societies or institutions... Extensive program of course. With the central question: which value base, in the service of whom or what.

In short, a mandate for technical progress, with progress on a few dossiers of general interest but also options to be reviewed, and problems to be solved, in particular the report of the trialogue at decision-making level, would have to be corrected in the next legislatures. However, we can be sure that the next term will be honored by the constructive attitudes of the newcomers, since we can already anticipate a significant rotation of members of parliament, which we felt with the emotions expressed during this closing session of the 14-19 term!

The foundation of values established by the European Union and the Council of Europe will certainly represent paths to be followed but also relevant safeguards in the future prospects of construction in view of the current challenges. A solid shield against barbarism and slavery of all kinds! 

Good luck to the next ones by keeping the human state of mind and progress for the benefit of Europeans and their families first and foremost!  We will be there to ensure that.

 

 -------------------------------------------------------------

 

Session de clôture de la législature 2014-2019 au Parlement européen à Strasbourg

 du 15 au 18 avril 2019

Moments d’émotions lors de la dernière session

Article de Patrick Bracker

Par-delà les travaux parlementaires de finition du mandat 2014- 2019, cette dernière session s’est révélée remplie d’émotions, de présences et de ruptures.

En début de session pourtant, l‘hémicycle n’était remplie qu’à 50% de présence, de nombreuses activités couvaient dans l’arrière fond de la maison. Ces absences ne sont pourtant pas significatives, dans le sens ou tous ces mouvements intérieurs correspondent le plus souvent aux réunions de travail ou d’organisation qui ont lieu dans les salles connexes à l’Hémicycle, ou chaque groupe politique est doté de locaux réservés intensément utilisés.

La préparation des dossiers est faite de manière organisée et se termine en plénière avec les interventions de tous les groupes politiques, sans nécessiter la réunion dans l’hémicycle de l’ensemble des parlementaires en même temps, hormis, bien entendu lors des votes où ils sont tous présents. L’on peut considérer cette méthode comme une optimisation intelligente des travaux du Parlement Européen. 

Au fur et à mesure de l’avancée de la semaine, mardi, l’on était rassuré à l’heure du vote, car la plénière se trouvait de facto remplie à plus de 90 % de présence des députés européens.

Pour cette dernière session l’on conçoit que les députés et leurs équipes rangeaient leurs bureaux tout en s’affairant à rendre les matériels de travail qui leur était attribué avec quelques dernières formalités administratives, sans doute.

Un autre aspect de la dynamique parlementaire s’est exprimé dans les amitiés qui se sont développés sur une échelle de temps allant de 5 ans à plus de 30 ans. En effet des liens se sont tissés au sein des groupes politiques, mais aussi entre les groupes politiques, et les hiérarchies européennes, y compris la  Commission et le Conseil, puisqu’il n’est pas rare de voir un membre du parlement européen assumer des fonctions de haut niveau dans les institutions.

Un prolongement naturel des liens d’amitiés avec les personnels de l’Union, logistique de transport ou de communication, les interprètes, les huissiers, les journalistes. Le savoir-vivre relationnel autorisait les salutations et les fêtes de départ, de bons gâteaux ou les petits déjeuners amicaux, les congratulations, voire les souhaits de bonne chance aux uns et aux autres, et peut être pour certains, des retrouvailles. En tout état de cause la dimension positive était de mise, ce qui correspond à l’état d’esprit général de la maison. Toutes ces dynamiques relationnelles sont aussi le signe de la bonne santé de l’Europe.

De nombreux poids lourds du Parlement européen ont progressivement annoncé leur retrait des prochaines élections européennes, plus ou moins anciens, de  10 ans à 20 ans de présences, et pour quelques-uns plus de 30 années de travaux européens approfondis! La continuité, la transmission sont aussi quelques facteurs déterminants de la bonne avancée des dossiers…  cela confère une solidité de la structure bien utile pour la continuation des législatures suivantes. 

Dans les tribunes les visiteurs venant de toute l’Europe étaient très nombreux. Beaucoup de collégiens assistaient aux débats, avec l’émotion spontanée de la découverte de l’institution et de son fonctionnement. Assurément le service visite de l’Union fait un grand travail efficace de la conscientisation des valeurs européennes auprès des jeunes visiteurs et des moins jeunes aussi !

Ce sont souvent des instants inédits, quelques fois amusants et d’autres fois surprenants,  de faire la rencontre des publics visiteurs de l’institution. La plupart du temps les rencontres se font dans une sympathie et empathie réelle, les gens qui viennent sont heureux d’être là ; il y a dans cette ambiance particulière, une spécificité de la construction européenne : au service de citoyens, il s’y passe quelque chose de positif, de dynamique, la convivance au cœur du projet européen ! 

J’y  rajouterai la dimension du bonheur des citoyens par-delà les drapeaux : en effet l’Union européenne comme les autres institutions couvrent des valeurs de constructions sociétales qui dépassent le cadre national ou régional. Chaque étage aux échelons locaux, régionaux nationaux représentent une part de la construction. Dans cette perspective architecturale, il existe en principe une complémentarité fonctionnelle entre les échelons, le tout fondé sur un socle de valeurs et de leur mise en œuvre concrète.

En clair : l’on peut aimer sa ville, sa région, son pays, mais la finalité reste le développement de l’être humain, son épanouissement et son émancipation vers les valeurs plus universelles comme  la liberté, le respect et l’amour.

 L’Europe est là pour rappeler ces réalités aux nations, lorsqu’elles se détournent du socle des valeurs choisies ensemble! Tous les grands européens que j’ai croisés depuis plus de quarante ans ont défendu cet aspect essentiel de la construction.

 Il serait bon de s’en souvenir, en particulier dans les dossiers actuels internationaux qui ne sont pas toujours bien traités au niveau de l’objectivité par les uns ou les autres. L’on se rappellera ici que trop souvent dans les siècles passés et le précédent en particulier, les nations et les « princes » de ce monde avaient oubliés ces réalités du développement humain et ces valeurs qui permettent le progrès. L’on avait vu les pitoyables résultats de leurs sinistres desseins et décisions.

La construction européenne a permis de facto un réel progrès et constitue une protection sérieuse pour empêcher ces humains de retomber dans leurs voies les plus sombres et meurtrières, le plus souvent, un grand nombre en souffrance pour les intérêts d’un petit nombre … « La bête rôde toujours »…

Même si tout n’est pas parfait dans les récentes évolutions, l’on constate le différentiel important avec d’autres formes autocratiques, dictatoriales ou limitées de la chaine de décision dans d’autres espaces socio-économiques. Face à cela, l’Europe et ses composantes représentent un facteur d’espoir et de progrès pour le devenir humain, aussi bien à l’échelle de la personne humaine que des collectivités.

Cependant, la construction européenne ne semble pas trouver un écho sérieux à son exemplarité sociétale dans les autres sphères géographiques dont certains préfèrent en bénéficier voire la combattre, plutôt que de développer des systèmes évolutifs ressemblants chez eux... Il serait bon d’en comprendre le sens dans l’intérêt des européens, des citoyens européens et du projet européen, mais aussi pour éviter les régressions internes éventuelles, et le trafic d’influence venant de l’extérieur minimisant notre socle des valeurs…  

Dans les coulisses du parlement, se trouvait remémoré le souvenir lointain, mais si proche pourtant,  du Ghetto de Varsovie des années 1940, et nombre de députés portaient la fleur jaune en commémoration du 19 avril 1943. J’ai mis cette fleur en boutonnière sur ma veste et répondu à l’interview de la télévision polonaise qui organisait le  « Remember together » Par-delà la commémoration de la souffrance et de la répression il y a aussi, les actes de la résistance par les résistants du Ghetto qui est rappelé.  

La rencontre avec le premier ministre Letton a permis une discussion enthousiaste sur l’avenir de l’Europe, le dialogue avec les députés s’est avéré très positif. A l’issue de la réunion Monsieur Krisjanis Karins, a été longuement applaudi par les députés. L’on pouvait également ressentir un témoignage des membres du parlement avec un de leurs anciens collègues puisque le 1er ministre avait siégé près de 10 ans au parlement et laissé de bons souvenirs à ses collègues.  

Nombre de membres ont souhaité une bonne continuation aux futurs députés qui prendront le relais après les votes de mai 2019.  Ils ont aussi remercié les personnels de l’Union, les interprètes, les huissiers pour leur soutiens, performances et qualité de travail, en ayant la claire conscience de la valeur de ces supports. Le président Tajani, Le président Juncker, ou les commissaires ont aussi été reconnaissants vers les fonctionnaires et personnels de l’Union. 

Une donnée future à régler sera le rapport entre trois  composantes de l’Union : la Commission, le Conseil Européen et le Parlement européen, puisqu’il est avéré que des dossiers sont régulièrement  bloqués au niveau du Conseil. Cette situation peut se révéler gênante dans la mesure où les majorités votées ne sont pas respectées par les chefs d’états, ce qui interroge au niveau de la valeur démocratique de l’Union.

La réunion du groupe de travail paneuropéen du groupe PPE, organisée par Lukas Mandl a tourné autour d’un thème liant le présent, le  passé et le futur immédiat, le titre étant : «  Looking Back and forth : the European Parliament 2014-2024. Achievements and further duties » Après l’introduction brillante donnée par Dr Paul Rübig , Lukas a modéré la discussion générale avec les interventions de MEP Michaela Sojdrova, MEP Heinz Becker and Christian Zoll. Quelques questions pertinentes venant de la salle de la part de Bernt Posselt  ou de notre invité le diplomate Vladimir Tchernega et du représentant des jeunes autrichiens, ont trouvé un écho et des réponses appropriées et constructives de la part des orateurs.

Comme toujours, cette réunion s’est déroulée dans une atmosphère conviviale et détendue. Hélas, le temps de travail d’une heure représente un temps trop court. En effet après la mise en appétit, l’on aimerait souvent continuer les partages mais il nous fallait déjà partir vers nos emplois de temps respectifs dans la maison. Ceci étant, nos réunions alimentent la réflexion intérieure  lors des approfondissements faites par les commissions et le groupe PPE sur les grands thèmes traités. Bravo pour cette continuité et les partages apportés par les participants, fidèles aux activités. Je me demande d’ailleurs à qui l’on pourrait attribuer ce nouveau prix paneuropéen de la fidélité, parmi d’autres qui furent distribués, quelque fois avec humour !

Là aussi au sein de notre unité paneuropéenne, l’émotion était palpable, non seulement en vue du renouvellement du parlement mais aussi parce que le Dr Paul Rübig présent depuis 1996 ne se représente pas. Il nous manquera ainsi que son équipe, je pense à Thomas et à Stefan. Gageons cependant que Dr Rübig reviendra nous voir en de maintes occasions et qu’il continuera son action pour le bien de l’Europe, des citoyens autrichiens et européens. Bon vent à lui et à tous  

Après avoir pris des photos de circonstance, et le temps d’un café avec quelques collègues présents de la CEDH et du Conseil de l’Europe pour prolonger la  discussion, nous sommes repartis vers nos occupations internes ou externes.

Parmi les habituelles activités de présentation d’œuvres d’art témoignant des réalités européennes, il y avait l’exposition patronnée par le député Raffaele Fitto vice –Président du groupe des conservateurs et réformateurs européens (ECR) concernant  le Salento, la péninsule formant l'extrémité sud-est de la région des Pouilles en Italie.

Intitulée « De finibus terrae, Xylella landscapes »  cette exposition photographique montre les ravages paysagers causés par la bactérie Sylella qui affecte les oliviers. Les tableaux exposés de cette métamorphose des paysages étaient impressionnants. Bien entendu cela ouvre une réflexion en profondeur au niveau européen, l’on voit ici que les exposés de ces réalités ajouté par la créativité des artistes Bruna Rotunno et Fabian Albertini, aident la prise de conscience en matière de recherche de solutions pour le futur de la part des européens face à un problème qui peut être plus global. 

Une exposition scientifique, rejoignait le débat tenu dans l’hémicycle concernant « Horizon Europe » pour lequel, dans le cadre du prochain budget à long terme de l'UE (2021-2027), la Commission européenne propose une enveloppe de 100 milliards d'euros pour la recherche et l'innovation. La dynamique de la recherche scientifique en Croatie « Croatian innovations », parrainée par le député Davor Skrlec du groupe des Verts. Les tableaux présentés dans l’espace du « parquet fleuri » montraient des  réalisations d’inspirations croates dans les domaines scientifiques divers comme : le vélo ou la voiture électrique, les systèmes de détection de crash ou d’alerte rapides pour les cyclomoteurs, l’Echo smart system pour la purification de l’air , le Ronna robotic neurotic navigation ou le teddy smart toy bear, ainsi que d’autres systèmes de détection, de monitoring ou de diagnostic de l’information de haute spécialisations, comme le système de protection de passage à niveau type RLC23 voire des recherches poussées dans le domaine pharmaceutique.

Une autre exposition qui montre la créativité européenne déjà ancienne mais très présente de nos jours du fait de faits sociologiques, guerriers ou accidentels, nous faisait voir les magnifiques maquettes du château de Chambord et de l’escalier hélicoïdal, ces extraordinaires réalisations architecturales, à l’époque ou l’architecture se révélait remplie de sens et de qualité. Les tableaux de présentation nous rappelaient les époques ou l’humanisme, l’art et la construction œuvraient en harmonie grâce aux grands artistes d’Europe sponsorisés par les gouvernants. L’on peut s’interroger de nos jours, en regard des constructions actuelles, sur la place de ces éléments en harmonie avec le développement des sociétés : la nature, la construction, la relation entre les humains et les sociétés ou les institutions… Vaste programme évidemment.  Avec la question centrale : quel socle de valeurs, au service de qui ou de quoi.  

En résumé, une mandature de progrès technique, avec l’avancée sur quelques dossiers d’intérêts généraux mais aussi des options à revoir, et problèmes à régler, en particulier le rapport du trilogue au niveau décisionnel serait à corriger dans les prochaines législatures. Gageons cependant que le prochain mandat serra honoré par les attitudes constructives des nouveaux arrivants, puisque l’on peut d’ores et déjà prévoir une rotation importante des membres du parlement, ce que l’on a ressenti avec les émotions exprimées lors de cette session de clôture du mandat 14-19 !

Le socle de valeurs dégagé par l’Union et le Conseil de l’Europe représenteront à coup sûr des chemins à poursuivre mais aussi des gardes fous pertinents dans les perspectives futures de la construction en regard des enjeux actuels.  Un bouclier solide face aux barbaries et aux esclavagismes de toutes sortes!

Bonne chance aux suivants en gardant l’état d’esprit humain et de progrès pour le bien en priorité des européens et de leurs familles!  Nous serons là pour y veiller.

 

***

european sme week (since 2009)

Statistics

Visiteurrs: 33420732

Archive

Login Form





Se souvenir de moi

Perdu votre mot de passe?
Pas encore de compte? Enregistrez-vous

Syndicate

RSS 0.91
RSS 1.0
RSS 2.0
ATOM 0.3
OPML

Other Menu

 

 sarko_obama_expl._01

     La Turquie, test-clé d'Independance de l'Europe face aux USA, les aménant de chercher en commun des nouvelles idées pour se mettre d'accord ?  

 Le débat, amical mais clair, entre les Présidents Américain et Français, Obama et Sarkozy,  la veille des elections européennes du 7 juin 2009, a montré que la question controversée sur la démande de la Turquie d'entrer dans l'Europe est actuellement le point central et le test le plus pertinent de l' indépendance de la France et de l'Europe par rapport aux Etats Unis.   

 Les electeurs européens, aussi bien en France qu'ailleurs en l'UE, auront une seule chance à trancher, ce dimanche 7 juin 2009, en choisisant leurs eurodéputés pour la période 2009 - 2014, car après ca risque d'être trop tard, vu que tous ceux qui suivent les affaires européennes dépuis des décennies savent qu'en réalité, le moment des décisions sur la Turquie viendra au plus tard en 2013, date rétenue dépuis longtemps pour une importante révision des "Perspectives Financières" de l'UE qui reflètent des choix Politiques fondamentaux.


    Le Président français, (récement encore représentant de l'UE, dans laquelle il joue un rôle important, ensemble avec la chancelière allemande Merkel, et autres leaders européens, ayant une influence notable auprès des Citoyens Européens, comme les derniers sondages montrent), réagissant à la repétition, par le nouveau Président Américain de la vieille position traditionelle de l'Washington poushant toujours vers la démande de la Turquie d'entrer dans l'Europe :

     - "Je ne peut pas laisser détruire l'Europe, (qui) est un élément de stabilisation du Monde", réponda Sarkozy. "J'ai dit au Président Obama que pour moi il était très important que l’Europe ait des Frontières", a-t-il souligné, confirmant la position Franco-Allemande commune, récemment rappellée ensemble avec la Chancellière Merkel.

    - "Il y a une différence (entre France/EU et les USA)...  sur les modalités. La position traditionnelle des Etats-Unis d’Amérique, c’est l’intégration" de la Turquie au sein de l'UE. "C’était la position du Président Bush, du Président Clinton, de tous les présidents américains".     

- "La mienne vous la connaissez : Ce n’est pas l’intégration dans l’Union Européenne. Mais j’ai proposé que nous réfléchissions, l’Europe, la Russie, la Turquie à la création d’un Espace Economique et de Sécurité en commun", a ajout Sarkozy rappelant son invitation de créer quelque chose de neuf et mieux adapté.


    Mais, "cela ne veut pas dire qu’il faut repousser la Turquie dans les ténèbres. La Turquie est un allié dans l’OTAN, (et) une Passerelle entre 2 Mondes, voilà quelle est la meilleure modalité. C’est cela dont nous avons parlé", revela-t-il. Si "nous avons une Différence sur les Modalités, nous n’avons pas une différence sur l’Objectif : Faire de la Turquie un élément de Pont entre l’Orient et l’Occident", Sarkozy assura Obama.

    - "Laissez-nous au moins une légère divergence sur un sujet, cela vous permettra de bien réfléchir pour les prochaines échéances", ajouta Sarkozy en réponse à un journaliste de l'opposition Socialiste qui avait soulevé la question de la Turquie, en la melant (comme un lobby turc notoirement essaie de faire pour exploiter la manipulation de quelques Arabes, la Civilisation Historique desquels fût pourtant detruite par l'ex-empire Ottoman-Turc) avec une question tout à fait différente : celle de la voile islamique (!), avec laquelle elle n'a rien à voir.

    - "Sur la Turquie, Monsieur, vous appartenez à un journal ...qui a appelé à voter, au moment de la présidentielle, pour mon adversaire.... Quel était votre argument à ce moment-là ? Vous disiez : « Attention, Nicolas Sarkozy va trop s’aligner sur les Etats-Unis d’Amérique », et je vois que deux ans après vous dites : « Ah, il y a un sujet sur lequel le Président Obama et le Président Sarkozy ne sont pas d’accord » Cela devrait vous rassurer, Monsieur" , réponda-t-il, en faisant sourire même le président américain, (et laissant entendre que trancher définitivemen la controverse sur la Turquie pourrait être au coeur de l' Elections Présidentielle  en France pour 2012 )
-------------------
    - "Ce que les Etats-Unis peuvent faire, c’est encourager ....TOUT PROCESSUS qui permettra à la Turquie d’être convaincue qu’elle a des amis, que ce soit la France, les Etats-Unis ou l’Europe", réponda Obama, apparamment n'excluant pas, a priori, le point de Sarkozy sur la création d'un espace commun d' économie et sécurité entre l' UE, la Turquie et la Russie (v. supra).

    "Les Etats-Unis ne sont pas membres de l’Union Européenne, nous ne pouvons pas dicter si un pays quelconque adhère ou n’adhère pas à l’UE"; Obama a admis, parlant de la "Turquie, (sur laquelle) le Président Sarkozy et moi nous sommes entretenus sur ce dossier avant".  "Maintenant le Président Sarkozy représente un Etat membre de l’Union Européenne et il a une position différente", opposée à démande turque d' entrée dans l'UE.    

 "La Turquie par contre est un allié de l’OTAN très important. ...La Turquie a fait connaître son intérêt à une intégration croissante avec l’Europe et nous (USA) encourageons cette attitude. J’ai souvent dit que l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne serait importante".     

"Mais, (en tout cas) je crois qu’il est important de noter que le Président Sarkozy appuie fortement le travail que la Turquie fait au sein de l’OTAN et je crois qu’il s’intéresse à une intégration économique plus intense avec la Turquie". (Ce qui pourrait se faire, justement, avec un "parténariat privilegié" adéquat et/ou l'idée de créer un espace commun EU - Turquie - Russie  : V. supra).     

sarko_obama_sml 

Est-ce que l'effort du Président de la France, soutenu par la chancelière Allemande et l'opinion publique de la plupart des Citoyens Européens la-dessus, de trouver un accord entre l' Europe et l' Amérique sur la Turquie, en proposant de sortir des chemins battus et créer du neuf, en etablissant "un Espace Commun d' Economie et Sécurité" (v. supra), suffira de calmer un lobby traditionaliste à quelques bureaucrates de Washington DC, datant dès l'époque de l' ex-"Guerre Froide", beaucoup plus ancien que le nouveau Président vénu de l' oxygen des "grands lacs" près de Quebec du Canada : Chicago, connu comme "la ville du vent" nouveau ?
-----------------------------------------------------------------------
Le Prémier Ministre Fillon appele à "faire vivre le Rève Européen"

------------------------------------------------------------------------  

 Seul l'avenir le dira. Mais, entre-temps, l' Europe ne peut plus attendre et perdre encore plus du temps et d'energie vitale sur la démande controversée de la Turquie, qui a notoirement menacé d'arrêter l'édification européenne dépuis 1999-2005 :

    Comme le Premier Ministre François Fillon a clairement dit, un peu plus tôt cette semaine, dans un discours éloquent sur les enjeux de l' Election Européenne de ce juin 2009 (V. résumé envoyé aux adhérents d'"EuroFora"),

fillon_400

    - "S' abstentir, c'est laisser à la Technocratie le pouvoir de dominer" la vie des Citoyens européens, qui devraient prendre l' Europe en branle le corps", et commencer d'agir par toutes les voies politiques démocratiques, prennant conscience que "l' Europe c'est Nous, (i.e. les Citoyens), et "Pas eux !" (i.e. les Technocrates), selon une image symbolique.

    - "Je me souviens de l' Europe obligée de faire Silence, (au Passé), quand "les Grands" décidaient de son sort", rappela Fillon.  "Je me souviens de l'Europe divisée, de l' Europe dominée" par d'autres, '"de l'Europe appauvrie""Je me souviens de Berlin occupé, muré, divisé comme un butin qu'on tire aux dès. Je me souviens du Silence de Varsovie. Je me souviens du Silence de Prague"..   

 - "Nous, les Européens, nous avons bien failli sortir de l' Histoire, et dévenir, pour du bon, les dès d'un jeu joué par d'autres".     

- "C'est pourquoi je ne peux pas concevoir une Europe qui ne serait pas Souveraine, une Europe qui ne serait pas Maitresse d'êlle-même", aujourd'hui et démain, martella-t-il. "Le Monde s'est habitué trop longtemps à une Europe faible, que l'on pouvait traiter avec condescendence".  

 - "Le moment est venu de rélever le défi : Le moment est vénu de montrer que, nous les Européens, avons décidé d'être débout, et d"être nous-mêmes".     

"Dépuis 2 ans (i.e. dès les Elections Présidentielles de 2007), avec Nicolas Sarkozy, nous avons oeuvrer pour relever notre Identité Nationale (de la France), dont nous sommes fiers. Et bien, l'' Identité Européenne mérite tout autant, elle qui prolonge les Génies de nos Nations".

goethe_shakespeare_400


    - "Je crois à la présence d'une Civilisation Européenne", déclara Fillon, largement applaudi par des milliers de personnes ayant entendu une série des Musiques entremelées characteristiques de differents pays européens, et des images lumineuses géantes avec des extraits symboliques de Goethe, de Victor Hugo, de Shakespeare, et d'autres auteurs italiens, espagnols etc celebres à travers l'histoire.

    - "L' Humanisme, la tolerance, la Liberté de la Conscience. La Solidarité. L' Etat de Droit. La confiance placée dans la Science, l' Innovation, le progrès. Toutes ces Valeurs, elles disent clairement où commence et où s'épanuit cette Europe" que nous voulons, observa-t-il.

    En harmonie avec les positions soutenues par le Président du Parlement Européen, eurodéputé allemand, Hans Gert Poettering, et la Chancelière allemande, Angie Merkel, sur la "Dignité Humaine" au coeur des "Valeurs de l' Europe" moderne. Ce qui fait qu'" avec un Elargissement sans fin", même vers la Turquie, c.a.d. "sans Frontières, l' Europe Politique, l' Europe des Valeurs et l' Identité européenne" ne peuvent pas exister, comme a dit aussi le Président francais, Nicolas Sarkozy, recemment à Berlin.

    Fait important : Cette observation de Fillon a été faite le jour-même que le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe à Strasbourg concluait une semaine de réunion semestrielle sur les Droits de l'Homme, qui a examiné un grand nombre d'affaires des pires Violations (pex. Tuéries scandaleusement non elucidées, Persecutions et privations arbitraires de Liberté, personnes portées "Disparues", Tortures et "traitements inhumains et degradants", Usurpations illégales des Maisons et Patrimoines privées de Réfugiés, etc., pour lesquelles la Cour Européenne a condamné la Turquie dans plusieurs jugements, dont on attend toujours l' application)...

    - "C'est pourquoi un Elargissement sans fin de l' Europe ne peu pas être un objectif en soi. Parce qu'il ne peut que diluer l' élan européen, et detruire l' Idéntité Européenne"

    -" Voilà pourquoi nous disons, très sereinement, que nous ne sommes pas favorables à l' adhésion de la Turquie dans l'UE", conclua le Premier Ministre de la France; largement applaudi par des gens qui soulevaient le drapeau européen.

people_400    

       "Ce n'est pas un Slogan de meetings. Ce n'est pas la marque une "Hostilité" au régard de cette grande Nation (i.e. la Turquie), qui doit être étroitement associée à l' UE", pex. par un partenariat priviliegié, ou une autre formule adaptée.

    - "Mais il lui faut des Frontères à l' Europe, il lui faut des Frontières stables, qui lui permettent de renforcer son Unité et son Identité", a-t-il expliqué.

    - "Alors, c'est au nom de cette Europe charnelle, que je m'engage avec vous. Mais, cette Europe-là, ne peut avancer qu' à une seule Condition : celle de l' Europe Politique".

    "Nous avons longtemps douté qu'elle soit possible : Aux années 1970, Henri Kissinger (le notoire ex- Secretaire d'Etat Américain aux affaires etrangères, consideré, à tort ou à raison, comme chef d'orchestre du renversement du Président Allende en Chili, de l' invasion militaire de la Turquie à Chypre, etc), disait, avec une ironie blaissante : - "Ah, l' Europe ? : Quel numero de Télephone ?..." Pendant les 6 mois de la présidence française de l'UE, (7-12/2008), Henri Kissinger n'aurait aucune difficulté de rejoindre l' Europe !", observa-t-il en suscitant des nouveaux applaudissements nourris.

people_400_02


    "J'au vu l' Europe Politique se dresser, et prendre ses responsabilités : L' Europe Politique c'est celle qui agit sans délai, et avant les Etats-Unis, pour stopper des faillites Bancaires qui s'enchaînent, qui nous auraint plongés dans une Depression pire que celles des années 1929. L' Europe Politique est celle qui, maintenant, doit mettre un fin à un Capitalisme Financier, qui a perdu sa boussole. L' Europe Politique est celle qui a réussi d'etablir le règles les plus ambitieuses au Monde dans la lutte contre le rechaufement Climatique. Samedi, nous celebrons l' anniversaire du debarquement de la Normandie, où nos amis Américains ont pris une part décisive à nôtre libération. Mais, en décembre 2009, à la Conference (Mondialle) de Copenhague, c'est nous les Européens, qui allons leur montrer le chemin vers cet avénir commun" pour la sauvegarde de l'Environement naturel. L' Europe Politique c'est celle qui, en août 2008, lorsque la Guerre faisait rase entre la Russie et la Géorgie, s'est interposée pour imposer la Paix. Et c'est elle qui doit, maintenant, se doter des moyens Militaires de se défendre par elle-même, pour elle-même", ajouta-t-il en évoquant clairement la création d'une Défense Européenn Autonome.

 

    "L' Europe Politique c'est celle qui doit bâtir des grands champions Industriels Européens, comme nous avons fait, auparavant, pour (l'avion) Airbus ou (la fusée) Ariadne. C'est celle qui doit exiger la Reciprocité dans les rlations Commerciale avec nos grands partenaires", sans Dumping Social ou Environmental, ni autre Concurrence Deloyale. "C'est celle qui doit se doter comme objectif d'être "le Continent de l'Esprit", réunissant les plus grandes Universités du Monde, en multipliant les Connexions, entre Scientifiques et étudiants."


    "Nous respecterons nos engagements, jusqu'au dernier", souligna le Premier Ministre de la France, peu après que les candidats-eurodéputés de la coalition Gouvernementale (UMP : Mouvement pour la Majorité Présidentielle) ont signé solennement, devant plusieurs milliers des Citoyens, une spectaculaire pancarte-géante avec "7 engagements" pour les Elections Européennes du 7 juin, auxquels figure aussi l'engagement de "s'opposer à l' adhésion de la Turquie dans l'UE".

     - "Parcque ce respet des engagements est une exigence si nous voulons rétablir la Confiance entre les Responsables Politiques et les Citoyens", conclua Fillon, la veille de ces Elections Européennes de juin 2009, après les Abstentions Majoritaires de 1999 et 2004, suivies de 3 "NON" à 3 Euro-Réferenda dépuis 2005, (dates auxquelles, quelques gouvernements du Passé, avaient donné le statut d'un "Candidat" et commencé des "Négotiationa d'adhésion" avec la Turquie, suivies d'un blocage sans précedent de l' édification européenne)..

20090604_212357_400

"Nore Europe n'est pas n' importe quelle Europe : L' UE Technocratique n'est pas la nôtre. ... L' UE sans Frontières n'est pas la notre. L' UE desincarnée n'est pas la notre". "Nous portons une idée de l'Europe" qui "n'est pas celle des Statistiques et des Bureaux(crates). L'Europe ce n'est pas qu'une Monnaie. Ce n'est pas qu'un Marché. économique".


- "L' Europe c'est d'abord une Culture. L'Europe c'est une Histoire", a-t-il dit, largement applaudi.

civilisation_400

       "L'Europe c'est une rencontre entre des Nations qui sont Millénaires et qui sont Brillantes. L'Europe c'est Paris. C''est Madrid. C'est Prague. C'est Londres. C'est Rome. C'est Varsovie. C'est Berlin. C'est Vienne. C'est Athènes : Quant on énonce ces Villes, alors on "sent" nos Héritages et nos Cultures entremelées qui circulent dans nos veines".

    - "Je suis Européen, parcque profondément Français, je sais ce que je dois aux influences de l' Atlantique et de la Méditerannée. J'aime ces Traditions qui offrent à chacun des nos Nations leur éclat. .. J'aime ses saveurs, ses paysages divers. Ils sont également miens, ou, plus précisement, je suis également fait d'eux. Je suis Européen, car, Français, j'aime l' Europe ouverte vers l' Amérique, vers l'Orient, vers l' Maghreb. J'aime les quais de Vénise, ceux d'Amsterdam. J'aime les quais de Thamise où sont vénues pendant des siècles s'amasser les richesses et les nouveautés du Monde. J'aime l' Europe curieuse. L'Europe qui rêve des lointains : L' Europe de Vasco de Gama, de Magelan. de Bougainville, de Charcot, de Monot... Cette Europe qui, aujourd'hui, s'élance vers l' Espace. Je suis Européen parce que Français, j'aime l' Europe qui prospère et qui invente. J'aime l' Europe des Trains à Grande Vitesse. J'aime l'Europe des Satellites et des Fusées. L'Europe de la Mode et des Atéliers d' Artistes. L'Europe des Grands Laboratoires, des Ingéniers. des Entrepreneurs, des Grands Architèctes, des Traditions Ouvrières. Comme rançais, j'aime l' Europe qui dit "NON" à la Tyrannie et qui se soulève à l'appel de la Liberté", a-t-il dit en

 
"Je me sens lié à ces femmes et ces hommes sans nom, qui ont levé la tête, et qui ont sécoué le joug sous lequel .. on les avait fait pliér", dit-il en évoquant pex.. la Révolution Française de 1789, le Siècle des Lumières, l'appel du Général de Gaulle contre l'Occupation NAZI, et les pires heures obscures qu'un  "Fascisme" ou "Communisme" devoyés, suivies de la Guerre Froide avaient plongé l'Europe au Passé.

"Ils sont des millions, ces Héros Anonymes de notre temps, que nous croisons sans le savoir dans nos rues et nos places. Et je ne peux pas concevoir l'Europe sans eux, et sans tous ceux qui poursuivent leur combat contre l'arbitraire et le fanatisme", ajouta Fillon. Faisant pex. rappeler un récent Film allémand, primé au Festival de Vénise, qui décrivait la vie d'un cadre à l'époque d'un régime oppressif, qui avait été chargé d'espioner la vie privée et familiale d'un couple soupçonné d'être dissidents politiques, mais, ému par leur honnêteté humaine et leur sacrifice pour sauver d'autres, a preferé risquer sa place et sa propre liberté pour les sauver, sans même qu'ils le sachent, condamné dépuis à faire un bas boulot d'anonyme perdu dans la foule..


"Quand je vois l'Europe moderne, je vois les résultats de l' Audace de ces hommes qui ont brisé les traditions de conflit et de violence. Je vois des nations soudées autour d'une monnaie unique et protectrice. Je vois 27 jeunesses appelées de grandir ensemble, sans défiance. Je vois 27 peoples unis, qui nous interdisent de jouer les blazés ou les indifférents".

Jettant "un régard lucide sur les errements de la construction européenne", Fillon a observé que "l' Europe n'a pas bésoin d'être idélisée pour être ce qu'elle est ; Cad. une aventure humaine, avec ses faiblesses et ses forces".

"Vous voulez que l' Europe agisse ? Fixez-lui des objectifs clairs. Vous voulez la Démocratie ? Agissez en Citoyens. Vous rédoutez la prétendue Bureaucratie des Bruxelles ? Alors renforcez, par votre Vote, les instances élues au Parlement Européen" qui sont chargés de la contrôler.

- "Si nous voulons faire vivre "le Rêve Européen", .. alors nous avons tous le dévoir de l' engagement", a-t-il conclu, appelant de "engager pour le drapeau tricolore et le drapeau étoilé, car ils symbolisent tous les deux la fierté de nôtre nation et la force de nôtre union".

flag_400


 

Polls

2009 EU Elections were won by Parties against Technocracy and Turkey's controversial EU bid, while the 1999-2004 Majority Abstention trend decelerated. What should be done in 2009-2014 ?

Résultats

SMF Recent Topics SA

Copyright (c) 2007-2009 EIW/SENAS - EuroFora.net. All rights reserved. ISSN 1969-6361.
Powered by Elxis - Open Source CMS.