english french german greek italian lithuanian russian serbian spanish
Home arrow In Brief arrow A View on Virus' Crisis+: Dynamism, inertia, pitfalls to avoid and prospects

A View on Virus' Crisis+: Dynamism, inertia, pitfalls to avoid and prospects

Parašė ACM
Monday, May 18, 2020

living_in_a_ghost_town__rolling_stones_2020_eurofora_screenshot_400_01

https://www.youtube.com/watch?v=LNNPNweSbp8

-----------------

 A News-VIEW-point on Virus' Crisis :

Dynamism, inertia, pitfalls to avoid and prospects

By Patrick Bracker

-----------------------------------------------------


[ NDLR: As in All Press Medias, News-VIEWS-points represent the Opinions of their Authors, and all of what they say is Not necessarily Endorsed by the Editors.


Experienced Opinion News-Columnist Patric Bracker has here some interesting Observations and ideas for Topical Debates, and we Share several among his pro-European, Democratic, Pacifist, Social and Humanistic Views.


BUT, it's true that Nowadays, Legitimate Criticism is No More Limited to some aspects of Confinement Only, (as his Text appears to do), but also to some Hasty aspects of DeConfinement, added to Questions for Lack of Timely and/or Efficient Protection of the People from Massive Infections, particularly at the Beginning of Virus' Spread in Europe, etc.


Moreover, it's also Obvious that, in Today's Context, such a Fast-Spreading and Deadly Virus, whatever might be its origins, Threatens Humans with a War, that  Humanity Must Win !


Among others, "Eurofora" also Believes (according to Our main Project) that Modern Digital Technologies' Potential is Huge, including for Helping to InterLink People Between them, and All Together, (IF it is Well developed and Used).]

***

(+ A full Translation in FRENCH follows, HereAfter)

---------------------------------------------------------

Dynamism, inertia, pitfalls to avoid and prospects 

By Patrick Bracker                                                                                       

Event, non-events, circulations!

Empty institutions, empty streets, anxiety-provoking words, war, enemy, social distancing, the terms chosen illustrate a mentality.  The words fight, battle, virus, or physical distance would have been better adapted in a constructive and positive language.

It would have sounded more like a dimension of the Governing Elites' responsibility rather than creating fear. But all persons do not necessarily have these qualities of a "good father", no matter how they may access responsibility. * Fear weakens an organism's immune system. Isn't this reality known to medical professionals, the WHO, writers, politicians? The stakes were placed elsewhere, that explains it. The trainers and initiators have their share of responsibility in all this chaotic development over time, which deserved another treatment. A form of legal despotism supported by neo-neo nepotism to the detriment of the general interest? Are there professional faults, aspects of criminal decisions?   

Social distancing and confinement lead to retentions, concentrations and in the most horrible cases to exterminations. What are the foreseeable consequences of confinement on the health of the person, the family, the companies of the Society? What are the consequences of blocking the movement of people and the circulation of wealth in the social body? In addition, there are double standards and double language, which is disconcerting.

A war is not poetry. There are no heroes, individuals are suffering. A war kills, bodies and souls are shredded. Pain settles in the families and hatred works its way into the human groan. Those who sell weapons should think twice: pretending to save lives, while creating the conditions for death, does not raise the level of redemption of the leaders or entities involved in these issues.

The spiritual question is hanging over these attitudes, responsibilities, and provocations.  We see that the returns are dramatic and sad when they could be avoided and the issues of violence and terrorism reduced. There are, therefore, shared responsibilities in the matter of implementing these dimensions of the chaotic spectrum at the international level.  

The philosopher Hannah Arendt had, however, well developed the mechanisms of contradictory propaganda used in totalitarian systems.  She showed how Hitler or Stalin and their cohort of followers had disoriented citizens to erase their capacity for independent analysis and free choice.  

According to Hannah Arendt, totalitarian regimes take "total" power over individuals by showering them with contradictory information, sowing confusion until they have no way of knowing where the truth lies. In the context of covid 19, the logic of government communication has in fact introduced confusion and contradictions everywhere. The intentional declassification of chloroquine seems questionable. Why?

Moreover, the assumption of full powers by [Governing Elites ]a president, did not allow a clear reading of the imposed project and is all the more questionable if one takes into account that [their] his limited political club does not manage to take off, nor does it reach the citizens, apart from a few notable exceptions. The recent municipal election confirms this real-time reading of French domestic politics. This was predictable since the presidential elections, the legislative and European elections being distorted by the presidential function. This first serious test of an internal sociological reality should challenge the actors concerned, particularly with regard to their future. * There is an extension of these questions towards the outside, when people are not fooled by these realities.*

So what did the heads of state and government have to do with the fears and anxieties of citizens, especially the older people who still carry the living memory of the Second World War? Why did they not choose alternative solutions?  We have seen remnants of negative attitudes or even hatred in cross-border regions or even racism towards nationals of other nations, especially in regions where there is a hotbed of contamination, including Asia and probably others. At the same time, a movement of mutual respect contradicts these underdevelopments in human psychology.     

The beautiful buildings of our institutions have therefore been closed since March. No sessions in the European Parliament, nor in the Council of Europe, PACE and CLRAE. All but a few, not just any, closed businesses, *, schools in winter-spring, elderly people locked up ... Not to mention the dramatic increase in domestic violence which was to be expected, as well as violence against children, which is little reported by officials and the media.

If we consider the dynamic point of view of life or inertia, the older people suffer the younger ones as well. Students are weakened, especially the less well-off. For others, this time is assimilated to a deepening of their studies, if not to additional holidays, -the distances- are real, it is not new. Confinement and compartmentalization amplify the distances. The social bond becomes distended, movement freezes while the planets and stars are in motion, animals move, birds fly and sing, the wind blows and humans should remain confined, locked up!

It's brutal, it's empty. In Europe, there is no longer any link between the European institutions and the citizens, while meetings continue, at the very least, almost behind closed doors, by teleworking, videoconferences... There is a serious trap here, because all this does not replace the reality on the ground: meetings, discussions, sharing, asides and the proximity of people, the vibration of people, the feeling or the truth. Virtual work remains artificial and superficial. In addition, telework keeps the well-paid elites away from the common man when these elites are supposed to represent them.  Beware of distances and the internal socio-spatial distinction within states, or towards the outside! Movement, communication between peoples. Fundamental principles and common values of the evolution of our civilization and post-World War II are at stake!   

I recommend leaving the tool in its place and not to sacralize it as a primary objective to the detriment of the field.   


The risk of a lack of depth or authenticity... the danger of the virtual community moving away from the living! Remoteness from the field risks widening the gap that has existed for some time, due to economic, cultural and social distances to feed the democratic deficit and mistrust towards leaders.  

Let us remain cautious of the mechanism of single, formatted, modeled thinking that we know the painful experiences of the historical past. We are revisiting attitudes that we believed to exist in another time: denunciation, wickedness, and contempt, those who thought they were better than the others, even if the elites displayed on the surface their observation of remaining humble or invoking benevolence. This is far from being the case. Honey in the mouth and bile in the heart?

The mathematical models or computer logic used by our elites following their brilliant studies, supplements but do not replace the reality of the field, life experience or pragmatism. Moreover, the models do not necessarily take into account the dimension of human sensitivity. In a way, this simple truth already existed in industrial logistics standards such as SMB, with the difference that the human being decides and can correct it. As we move into the age of AI and algorithms, this becomes more ambiguous and gives us food for thought about objectives. An in-depth reflection must be carried out on these ethical issues, especially since the margins of error are substantial and real.

The case of the crown virus developed by the expertise/counter-assessment shows one of the facets of this problem. One of the reasons for this is the fact that elites are far removed from the realities of the human person. It is the trap of the confinement of the intellect, the confinement or partitioning of knowledge, when the head would like to direct and control everything, but it doesn't work like that. The major risk lies in the induction of a whole chain of inappropriate, inept decisions with consequences, even dramatic ones. This mechanism is aggravated in the case of conflicts of interest. However, it can be considered that some decision-makers have evolved in their approach to the problem on the basis of the opinion of a few wise men, albeit with a time lag.  Some differences are understandable, others less so.     

A woman in a new 4/4 snoring car says that citizens do not respect the rules of the game, but she can drive around in her nice coach to go about her business, are the others annoying? Another person in her mansion, in the Parisian countryside, is confined to her large garden, quietly goes for her daily walks... There are differences, it's not new. The citizens confine themselves, the President walks around. In another country the minister is on the beach and elsewhere citizens are not confined.  

Many examples demonstrate the difference in the treatment of the "confined", between the castles and the bars of megalomaniacal buildings, or the small rooms, there has in fact been an enormous social distancing for a long time. This distancing pre-existed the collective confinement desired by a person and will continue to exist after this almost strange time that calls for continuity in a semblance of change, perhaps, no doubt! Old habits die hard: the rich, the poor, labels, fashions? Wealth, materiality are not the problems, attitudes of contempt or monopolization, deficient psychologies, yes!

Why seek social justice, balance, well-being, beauty, happiness, respect?  Evolution, justice?

Then, in the service of whom or what, this whole affair, a pandemic! A Minister of Health, informed and concerned, did nothing but flee her post under a derisory pretext. If the health situation calls for prudence and care, this is also the case in other situations in daily life. Why go up in smoke and fear the health situation, which, I repeat, is not a war, but rather a resolution of medical, health, laboratory and scientific research problems, but also of international cooperation. What can we say about the prevention mechanisms of nations, Europe and the World Health Organization? Are there any negative programs to be neutralized?  

Who has not done their job, where are the responsibilities, who has caused disorders in hospital systems or who has slowed down or stopped planned research projects, particularly in the case of sar-cov-1 ...?  In Europe, at WHO level, within the member states?  ***

The WHO's subjection to certain countries and private interests (large companies, foundations, pharmaceutical companies) is well known. In the 1990s, WHO organised a "private partnership" to attract funding from private industry. Since then, compulsory and fixed contributions from governments (the organization's normal source of funding) have steadily decreased in favour of extra-budgetary, voluntary contributions from countries such as the United States or China, foundations and private companies.

Dependence, independence, interdependence, perspectives or vision of health. These essential questions call for an in-depth reflection on the missions of this organization within the framework of the UN, especially with regard to the correlation with the influences of private interests. Other organizations are confronted with this kind of situation. It is possible to understand a degree of normality, and to detect exaggerations in order to correct them.   

We did not wait for the brilliant mid-April lecture given by Ms Condoleezza Rice at the Hoover Institute (organizing a remarkable series of covid19 lectures), under the leadership of Mr Tom Dilligan. They had the merit of asking the real questions: what happened, where, when, who, how, why? As soon as the conference was over, some European personalities bounced back on these basic questions. This reveals a lack of professionalism, prolonged by a lack of lucidity. Is the blindness more about granting huge stakes or financial interests, hoping that this is not a power tactic? "Every day is enough pain".

For whoever profits from crime. Who gets the chestnuts out of the fire? Which companies, which families? In the first quarter of 2020, for example, there was a 48% increase in the turnover of large companies linked to pharmaceutical products. They are not the only ones: the GAFA, the big distributors, stock market speculation. If you look at prices in supermarkets, you can see the price increase, somewhat discreetly at first, but more intense afterwards. Who thinks about the small budgets of modest citizens? What about small and medium-sized enterprises or businesses or even independent activities? Yet the adage, "small streams make big rivers", still holds true today.  

We will see these economic realities after the fact, as we do in every crisis. Who benefits from crime?  We will certainly see golden parachutes for a few decision-makers, who may be preparing their future outside the political arena. This necessary reading should be made because what is at stake is the role of the rulers, what room for manoeuvre, what powers and what limits? This analytical spectrum is broad when one considers the different models of societies and political organizations. Beyond internal hierarchies, to understand the mechanisms or relational combinations that cross the delimited spaces, regions, nations, institutions...

Little people without a state or greatness of soul, confined in their intellectual certainties, chapels or compartmentalization, clans. "All together" ... except for the balanced sharing of wealth, the increase of small salaries. A Minister of Labour had refused to increase low wages, and refused to listen to the journalist who questioned her about a living wage such as the introduction of a universal minimum income.

Her opinion about this fundamental question would have been interesting, although there are social minima in this country, which should inspire other states on the notion of distribution. This project could be the cornerstone of a European social balance project. The PACE and the EP have raised these issues during their sessions; this question is already old in the constituted nations.  

There are also other aspects of sharing, such as improving the living and housing conditions of the most modest, etc... The respect of terroirs, individuals, geographies, histories? What are the limits to the scales of human power, the classical pyramid or something better?

Altogether, words spoken by those who think: "do as I say but not as I do". The citizens are self-contained, the President walks around. This leitmotiv, established as a concept exploited for the circumstance of the pretext used, nevertheless carries the seeds of a much broader dimension than its current manipulative use.  Masquerades! Beware of the boomerang effect or the resonance of the butterfly's wings!

From these basic observations of a few realities, another one emerges, such as the attack on health under deviant pretexts, with regard to human rights on several levels, we should reflect on it. One could hear many direct complaints in criminal matters towards responsibilities, including at the level of the ICC, for crimes against humanity.

This crisis created from scratch is an extension of the attitudes of a few in our societies who think only of their own interests. However, the timing is important for many reasons, starting with societal rhythms at all levels, including sectoral ones. People and the mechanisms of functioning need to move, life is a perpetual movement. Unless one loses the sense of evolution in the general organization of societies and group life and of the human person. Economic activity is a perpetual movement, since human, financial, commodity and production flows circulate.

Which society, which values, which projects?   

High ideals can correct situations to minimize all these selfish interests of sometimes unscrupulous people. The good health of our citizens at home, in Europe or anywhere in the world is one of those great ideas that has a future, but remains rather topical.  If the necessary reforms are carried out to reduce the influences of interests, without preventing positive reciprocal participation, since health is defined by the WHO as a "state of complete physical, mental and social well-being", it is the general good health of society that is at stake. By contributing to the isolation of people, and the most fragile in particular, the decision to confine does not respect this definition. Life dynamic/inertia.

In principle, the primary role of politicians is to serve the citizens, whereas we see that the companies concerned are making huge profits thanks to the decisions of a few politicians. It would also be right for a reasonable proportion of these profits to be paid back within the Member States, in support of those who have suffered as a result of these decisions, individuals, small and medium-sized enterprises, etc.  "All together'!

"All together', for real, respecting individuals! There are obviously variations of this solidarity dimension depending on the states or institutions. There are also all the positive aspects of the construction of society, which allows these developments to take place for the structures that, are endowed with them, such as Europe and the countries at the origin of European construction. Would we dare to imagine the evolution of the USA, Russia or China on our European model? There are nevertheless diverse anthropological realities regarding such a perspective.

From there, pull systems and people towards wellness. Selfishness compartmentalizes by creating misery or worse, while sharing or some form of measured sharing creates wealth, the circulation of wealth. The continuous flows of the circular economy; the flow from upstream to downstream is a source of development, and then the flows flow back from downstream to upstream. One way or the other is not enough because this incomplete approach blocks the systems, creating the injustices that lead to misery.  

 The economic and social aspect of blood circulation - the great flow of life: blood circulation provides all the cells in the body with the heat, oxygen and nutrients they need. The arteries leave the central pump, the heart, while the veins return to it. The heart thus provides a small circulation between itself and the lungs, and a large circulation between itself and the rest of the body. We could compare blood cells to the human beings who keep the organs alive.

If we imagine organs as businesses, blood flow makes organs live, and human flow makes society, businesses live; the nervous system commands and controls body function, human intelligence manages society; hormones cooperate to regulate organ function, and the environment is preponderant as well as the socio-spatial and temporal dimension.

 Blocking the blood flow causes the organs to malfunction and make the body sick. When we know the role of exchanges in the social economy, blocking societal flows and the movements of human beings, it is companies and societies that dysfunction, suffocate and for some disappear; this causes a sickly chain in society. These consequences affect the weakest first. Dynamism or inertia, the results are different. This is also confirmed in the dimension of the atomic flux.

An induction of mass unemployment could be reminiscent of historical antecedents, such as the 1930s and the bad memory of the rise of the little führer, the fascist dictator Adolf or other dark characters of the time in all geographies. There is no point in trying to make a diabolical remake of history... We know what the nations did with their unemployed of the time by turning them into cannon fodder. The crossed complicity of leaders in the service of destruction and profit for the benefit of a few.

The great ideals would also be to extend the interactions between member states and institutions in order to mutualize efforts in the face of major issues concerning people and goods, for the well-being of peoples by considering materiality and tools at the service of development and evolution, of societies and individuals. The key to circulation supported by a balanced distribution is a major stake for the various forms of life.   

The perspective of "All together" supplemented by "one for all and all for one", with respect for the person and for life, would represent the win-win relays of the evolution towards emancipation, large and small, rich and poor, men and women, young and old, powerful and weak, not in opposition, but in complementarity for the development and harmony of our geographies and the groups that reside there.  A poor man can help a rich man and a rich man can help a poor man, this is not an incompatibility!   So, "all together"?

These would be winning perspectives. Confidence and good luck !  BP

 

----------------------------------------------


Dynamisme, inertie, pièges à éviter et perspectives      

                                                                               

Evénement, non-évènements, Circulations!

Des institutions vides, des rues vides, des propos anxiogènes, guerre, ennemi, distanciations sociales, les termes choisis illustrent une mentalité.  Les mots combat, bataille, virus, ou distance physique eussent été mieux adaptés dans un langage constructif et positif.

Cela aurait ressemblé davantage à une dimension de la responsabilité d' élites qui Gouvernent plutôt que de créer la peur. Mais tous  ne possèdent pas nécessairement ces qualités de « bon père de famille » et cela quelle que fusse leur mode d’accès aux responsabilités. * La peur affaiblit le système immunitaire des organismes. Cette réalité n’est-elle pas connue des professionnels de la médecine, de l’OMS, des écrivains, des politiques ? Les enjeux étaient placés ailleurs, ceci explique cela. Les formateurs et initiateurs ont leur part de responsabilité dans tout ce développement chaotique dans la durée, qui méritait un autre traitement. Une forme de despotisme légal soutenu par un néo- népotisme au détriment de l’intérêt général ? Y va-t-il de fautes professionnelles, des aspects de décisions criminels?   

Les distanciations sociales  et les enfermements conduisent aux rétentions, concentrations et dans les plus horribles des cas aux exterminations. Quelles conséquences prévisibles du confinement sur la santé de la personne, de la famille, des entreprises de la Société ? Quelles incidences du blocage du mouvement des personnes  et de la circulation des richesses dans le corps social ? Il s’y rajoute les doubles langages et doubles standards, çà déboussole.

Une guerre ce n’est pas de la poésie. Il n’y a pas de héros, les individus sont en souffrance. Une guerre çà tue ! Les corps et les âmes sont déchiquetés. La douleur s’installe dans les familles et la haine fait son œuvre  dans le gémissement humain. Ceux qui vendent des armes devraient y réfléchir à deux fois : prétendre sauver des vies, tout en créant les conditions de la mort ne redresse pas le niveau de rédemption des dirigeants ou des entités concernés par ces questions.

La question spirituelle est pendante à ces attitudes, responsabilités, et provocations.  L’on constate que les retours sont dramatiques et tristes alors que l’on pourrait les éviter, et réduire les questions de la violence et du terrorisme. Il y a donc des responsabilités partagées en la matière de la mise en place de ces dimensions du spectre chaotique au niveau international.  

La philosophe Hannah Arendt avait pourtant bien développé les mécanismes de la propagande contradictoire utilisés dans les systèmes totalitaires.  Elle montrait comment Hitler ou Staline et leur cohorte de suiveurs, avaient déboussolés les citoyens pour effacer leur capacité d‘analyse indépendante et de libre choix.  

Selon Hannah Arendt, les régimes totalitaires prennent un pouvoir “total” sur les individus en les arrosant d’informations contradictoires, semant la confusion jusqu’à ce qu’ils n’aient plus aucun moyen de savoir où se trouve la vérité. Dans le contexte covid 19, la logique de la communication gouvernementale a de fait introduit des confusions et contradictions partout. Le déclassement à dessein de la chloroquine semble douteux. Why ?

De surcroît, la prise des pleins pouvoirs par un président, ne permettait pas une lecture claire du projet imposé et discutable d’autant si l’on tient compte que son club politique limité ne parvient pas à décoller, ni rejoindre les citoyens, à part quelques exceptions notables. L’élection municipale récente confirme cette lecture en temps réel de la politique intérieure française. C’était prévisible depuis les présidentielles, les législatives et européennes étant déformées par la fonction présidentielle. Ce premier test sérieux d’une réalité sociologique intérieure devrait interpeler les acteurs concernés, notamment quant à leur futur. * Il existe un prolongement de ces questions vers l’extérieur, quand les gens ne sont pas dupes de ces réalités.*

Qu’avaient donc  les chefs d’états et de gouvernement à jouer avec la peur et les angoisses des citoyens, en particulier des personnes les plus âgées qui portent encore le souvenir  vivant de la deuxième guerre mondiale ? Pourquoi ne pas avoir choisi des solutions alternatives ?  L’on a vu des relents d’attitudes négatives voire de haine larvée dans des régions transfrontalières ou même de racisme vers des ressortissants d’autres nations, notamment les régions de foyer de contamination dont l’Asie et probablement d’autres. Dans le même temps un mouvement de respect mutuel contredit ces sous-développements de la psychologie humaine.     

Les jolis bâtiments de nos institutions sont donc fermés depuis le mois de mars. Pas des sessions au parlement européen, ni au Conseil de l’Europe, APCE et CPLRE… les entreprises fermées sauf quelques-unes, pas n’importe lesquelles, *, les écoles en hivernation printanière, les personnes âgées enfermées... Sans compter l’augmentation dramatique des violences conjugales qui était prévisible, ainsi que la violence faite aux enfants, ce qui est peu rapporté par les responsables et les médias.

Si l’on considère le point de vue dynamique de la vie ou l’inertie, les plus âgés souffrent les plus jeunes aussi. Les étudiants sont fragilisés, en particulier les moins aisés. Pour d’autres ce temps, s’assimile à un approfondissement de leurs  études, si ce n’est à des vacances supplémentaires, -les distances- sont réelles, ce n’est pas nouveau. L’enfermement, le cloisonnement  amplifient  les distances. Le lien social se distend, le mouvement se fige tandis que les planètes et les étoiles sont en mouvement, les animaux  se meuvent, les oiseaux volent et chantent, le vent souffle et les humains devraient rester confinés, enfermés!

C’est brutal, çà fait vide. En Europe, il n’y a plus de lien entre les institutions européennes et les citoyens alors que les réunions continuent, à minima, presque à huis clos, par télétravail, visio-conférences…  Il y a là un piège sérieux, car tout cela ne remplace pas la réalité du terrain : les rencontres, les discussions, les partages, les apartés et la proximité des êtres, la vibration des personnes, le ressenti ou le vrai. Le travail virtuel reste artificiel et superficiel. Il se rajoute que le télétravail éloigne les élites bien payées du commun des mortels alors que ces élites sont censés les représenter.  Attention aux distances et la distinction socio-spatiale interne au sein des états, ou vers l’extérieur! Le mouvement, la communication entre les peuples. Des principes fondamentaux et des valeurs communes de l’évolution de notre civilisation et d’après deuxième guerre mondiale sont en jeu !   

Je préconise de laisser l’outil à sa place d’outil et ne pas le sacraliser en objectif premier au détriment du terrain.   

Le risque du manque de profondeur ou d’authenticité... le danger de la communauté virtuelle qui s’éloigne du vivant ! L’éloignement du terrain risque d’agrandir le fossé qui existe depuis un temps, du fait des distances économiques, culturelles  et sociales pour alimenter le déficit démocratique et la défiance vers les dirigeants.  

Restons prudents face au mécanisme de la pensée unique, formatée, modélisée dont on connait les expériences douloureuses du passé historique. L’on revoit des attitudes que l’on croyait d’un autre temps : la délation, la méchanceté, le mépris,  ceux qui se croiraient meilleurs que les autres, et cela même si les élites affichaient en surface leur constat de rester humble ou encore en invoquant la bienveillance. C’est loin d’être le cas. Du miel à la bouche et le fiel au cœur ?

Les modélisations mathématiques ou de logique informatique utilisée par nos élites suite à leurs brillantes études, complètent mais ne remplacent pas la réalité du terrain, l’expérience de la vie ou le pragmatisme. En outre, les modélisations ne tiennent pas forcément compte de la dimension de la sensibilité humaine. D’une certaine façon cette simple vérité préexistait déjà dans les standards logistiques industriels comme le SMB, à la différence que l’être humain décide et peut corriger. En passant à l’ère de l’IA, et des algorithmes, cette donne devient plus ambiguë ; cela prête à réflexion sur les objectifs. Une réflexion approfondie doit être réalisée sur ces questions d’éthique, d’autant que les marges d’erreur sont conséquentes et réelles.

Le cas du virus de la couronne développé par l’expertise/ contre-expertise montre l’une des facettes de cette problématique. Cela est dû entre autres au fait que des élites soient éloignées des réalités de la personne humaine. C’est le piège de l’enfermement de l’intellect, le confinement ou le cloisonnement  dans la connaissance, quand la tête voudrait tout diriger et contrôler, mais cela ne fonctionne pas comme çà. Le risque majeur réside dans l’induction de toute une chaine de décisions inappropriées, inhabiles portant à conséquences, même dramatiques, Ce mécanisme est aggravé en cas de de conflits d’intérêts. On peut cependant considérer que quelques décideurs ont évolué dans leur manière d’appréhender le problème sur la base de l’avis de quelques esprits sages, avec néanmoins un décalage temporel.  Certains décalages sont compréhensibles, d’autres moins.     

Une femme dans un 4/4 ronflant neuf déclare que les citoyens ne respectent pas les règles du jeu, mais elle peut rouler dans son beau carrosse  pour vaquer à ses occupations, les autres sont-ils  gênants!... Une autre personne dans sa maison de maitre, en campagne parisienne est confinée dans son grand jardin, procède tranquillement  à ses promenades quotidiennes…  Il y a des différences, ce n’est pas nouveau. Les citoyens s’auto confinent, le Président se promène. Dans un autre pays le ministre se retrouve sur la plage et ailleurs les citoyens ne sont pas confinés.  

Moult exemples font la preuve de la différence de traitement des « confinés », entre les châteaux et les barres d’immeubles mégalos, ou le petites chambres, il y a de fait une énorme distanciation sociale depuis longtemps. Cette distanciation préexistait à l’enfermement collectif voulu par une personne et continuera d’exister après ce temps presque étrange qui appelle la continuité dans un semblant de changement, peut-être, sans doute ! Les vieilles habitudes ont la vie dure : les riches, les pauvres, les étiquettes, les modes... La richesse, la matérialité ne sont pas les problèmes, les attitudes de mépris ou d’accaparations, les psychologies déficientes, oui !

Pourquoi rechercher la justice sociale, l’équilibre, le bien être, la beauté, le bonheur, le respect ?  Evolution, justice ?

Alors, au service de qui ou de quoi, toute cette affaire, une pandémie ! Une ministre de la santé, informée et concernée, n’a rien fait d’autre que de fuir son poste sous un prétexte dérisoire. Si la situation sanitaire appelle une prudence et le soin, cela est aussi le cas dans d’autres situations dans la vie quotidienne. Pourquoi monter en épingle et en peur la situation sanitaire qui, je le répète, n’est pas une guerre, mais plutôt une résolution de problème médical, de santé, de laboratoire et de recherche scientifique mais aussi de coopération internationale. Que dire des mécanismes de prévention des nations, de l’Europe, de l’OMS! Y va-t-il de programmations négatives à neutraliser?  

 Qui n’a pas fait son travail, où sont les responsabilités, qui a mis des désordres dans les systèmes hospitaliers ou qui a freiné, stoppé les projets de recherches programmés, notamment dans le cas des sar-cov-1 ... ?  En Europe, au niveau de l’OMS, au sein des états membres ? ***

La sujétion de l’OMS envers certains pays et intérêts privés (grandes entreprises, fondations, firmes pharmaceutiques) est connue. Dans les années 1990, l’OMS organise  un « partenariat privé », pour capter des financements d’industries privées. Depuis, les contributions obligatoires et fixes des États (source de financement normal de l’organisation) n’ont cessé de diminuer au profit de contributions extrabudgétaires, volontaires, de pays comme les États-Unis ou la Chine, de fondations et d’entreprises privées.

La dépendance, l’indépendance, l’interdépendance, les perspectives ou la vision de la Santé. Ces questions essentielles appellent une réflexion en profondeur sur les missions de cette organisation dans le cadre des NU, et spécialement s’agissant de la corrélation aux influences d’intérêts privés. D’autres organismes sont confrontés à ce genre de situation. L’on peut comprendre une part de normalité, et détecter les exagérations pour les corriger.   

L’on n’a pas attendu la brillante conférence de mi-avril donnée par Mme Condoleezza Rice à l’Institut Hoover (organisant une remarquable série de conférences covid19), sous la houlette de Mr Tom Dilligan,  qui ont eu le mérite de poser les vraies questions: que s’est-il passé, où, quand, qui, comment, pourquoi ? Sitôt la conférence passée, quelque personnalité européenne a rebondi sur ces interrogations basiques. Cela révèle un manque de professionnalisme, prolongé par un manque de lucidité, l’aveuglement tient-il davantage à l’octroi d’énormes enjeux ou intérêts financiers, en espérant qu’il ne s’agisse pas d’une tactique à but de pouvoir. A chaque jour suffit sa peine.

En effet à qui profite le crime. Qui tire les marrons du feu ? Quelles entreprises, quelles familles ? On constate au premier trimestre 2020 l’augmentation de 48% du chiffre d’affaire de grande entreprise liée aux produits pharmaceutiques par exemple. Ce ne sont pas les seuls : les GAFA, les grands distributeurs les spéculations boursières.  Si l’on observe les prix dans les supermarchés, l’on s’aperçoit, dès le début, de l’augmentation des prix, d’une façon quelque peu discrète au départ, mais plus intense par la suite. Qui pense aux petits budgets des citoyens modestes? Qu'en est-il des petites et moyennes entreprises ou commerces voire activité indépendantes? Pourtant l’adage, « les petits ruisseaux font les grandes rivières reste toujours d’actualité.  

L’on constatera ces réalités économiques après coup comme à chaque crise. A qui profite le crime ?  L’on verra certainement  des parachutages dorés pour quelques décideurs, qui peut être préparent leur avenir hors le champ du politique... Cette lecture nécessaire devra être faite car l’enjeu porte sur le rôle des gouvernants, quelle marge de manœuvre, quels pouvoirs et quelles limites ? Ce spectre analytique est large lorsque l’on considère les différents modèles de sociétés et d’organisations politiques. Par-delà les hiérarchies internes, de comprendre les mécanismes ou les combinaisons relationnelles qui traversent les espaces délimités, régions, nations, institutions....

Petites gens sans état, ni grandeur d’âme, confinés dans leurs certitudes intellectuelles, chapelles ou cloisonnement,  claniques. « Tous ensembles »..., sauf pour le partage équilibré des richesses, l’augmentation des petits salaires. Une ministre du travail avait refusé l’augmentation des petits salaires, et refusé d’écouter le journaliste qui l’interpelait au propos d’un revenu d’existence comme l’instauration du revenu minimum universel.  

Son avis quant à cette question fondamentale eût été intéressant, bien qu’il existe les minimas sociaux dans ce pays, ce qui devrait inspirer d’autres états sur la notion de répartition. Ce projet pourrait constituer la pierre angulaire d’un projet d’équilibre social européen. L’APCE et le PE ont évoqué ces questions au cours de leurs sessions, cette question est déjà ancienne dans les nations constituées.  

Il y a aussi d’autres aspects des partages, comme l’amélioration des conditions de vie et de logement des plus modestes etc... ? Le respect des terroirs, des individus, des géographies, des histoires, de l’Histoire ? Quelles limites aux échelles de pouvoirs humains, la pyramide classique ou quelque chose de mieux ?

Tous ensemble, mots prononcés par ceux qui pensent : « faites ce que je dis mais pas ce que je fais » Les citoyens sont auto confinés, le Président se promène. Ce leitmotiv, établi en concept exploité pour la circonstance du prétexte utilisé, porte néanmoins les germes d’une dimension bien plus large que son utilisation manipulatoire actuelle. Mascarades ! Gare à l’effet boomerang ou la résonnance des ailes du papillon!

Par de là ces constats basiques de  quelques réalités il en est une autre qui ressort, comme l’atteinte à la santé sous des prétextes déviants, s’agissant des droits humains sur plusieurs échelons, il faudrait y réfléchir. On pourrait entendre de nombreuses plaintes directes en matière pénale vers les responsabilités, y compris au niveau du TPI, s’agissant de crimes contre humanité.

Cette crise créée de toutes pièces correspond au prolongement des attitudes de quelques-uns dans nos sociétés qui ne pensent qu’à leurs intérêts. Cependant le timing est compté pour de multiples raisons, à commencer par les rythmiques sociétales tous échelons confondus y compris sectoriels. Les gens et les mécanismes de fonctionnement ont besoin de bouger, la vie est un mouvement perpétuel. Sauf à perdre le sens de l’évolution dans l’organisation générale des sociétés et de la vie de groupe et de la personne humaine. L’activité économique est un mouvement perpétuel, puisque les flux humains, financiers, marchandises et production circulent.

Quelle société, quelles valeurs, quels projets ?   

Les grands idéaux peuvent corriger les situations pour minimiser tous ces égoïsmes intéressés de gens quelque fois peu scrupuleux. La bonne santé de nos citoyens nationaux, européens ou partout dans le monde est l’une de ces belles idées qui a de l’avenir, mais reste plutôt d’actualité.  Si l’on procède aux réformes nécessaires pour diminuer les influences d’intérêts, sans empêcher les participations positives, la santé étant définie par l’OMS comme un « état de complet de bien-être physique, mental et social », c’est la bonne santé générale de la Société qui est en jeu. En contribuant à l’isolement des personnes et des plus fragiles en particulier, la décision de confinement ne respecte pas cette définition. La dynamique de la vie, l’inertie.

En principe, le premier rôle du politique est d’être  au service des citoyens, alors que l’on constate que les entreprises concernées font d’énormes profits grâce aux décisions de quelques-uns des politiques. Il serait par ailleurs juste qu’une proportion raisonnable de ces profits soient reversés au sein des états membres, au soutien de ceux qui auraient soufferts de dites décisions, individus, petites et moyennes entreprises...  « Tous ensembles » !

« Tous ensembles », pour de vrai, en respectant les individus! Il existe évidemment des variations de cette dimension solidaire selon les états ou les institutions. Il y a aussi tous les aspects positifs de la construction sociétale, qui permet ces développements pour les structures qui en sont dotées comme l’Europe et les pays à l’origine de la construction européenne. Oserait-on imaginer l’évolution des USA, de la Russie ou de la Chine sur notre modèle européen? Il y a néanmoins des réalités anthropologiques diversifiées quant à une telle perspective.

 De là, tirer les systèmes et les personnes vers le mieux-être. Les égoïsmes cloisonnent en créant des misères ou pire, tandis que le partage ou une forme de partage mesurée crée la richesse, la circulation de la richesse. Les flux continus de l’économie circulaire ; le ruissellement d’amont vers l’aval est une source de développement, puis les flux remontent de l’aval vers l’amont... Un sens unique dans un sens ou l’autre, n’est pas suffisant car cette démarche incomplète bloque les systèmes, en créant les injustices qui conduisent vers les misères.  

 L’économico-social à l’image de la circulation du sang – le grand flux de la vie : la circulation sanguine apporte à toutes les cellules de l’organisme la chaleur, l’oxygène et les nutriments dont elles ont besoin. Les artères partent de la pompe centrale, le cœur, alors que les veines y reviennent. Le cœur alimente ainsi une petite circulation entre lui et les poumons, et une grande circulation entre lui et le reste du corps. L’on pourrait comparer les cellules sanguines aux êtres humains qui font vivre les organes.

 Si on imagine les organes comme les entreprises, le flux sanguin fait vivre les organes, et le flux humain fait vivre la société, les entreprises ; le système nerveux commande et contrôle la fonction corporelle, l’intelligence humaine gère la société ; les hormones coopèrent pour réguler la fonction des organes, et l’environnement est prépondérant ainsi que la dimension socio-spatiale et temporelle.

 Bloquer le flux sanguin provoque le disfonctionnement des organes et rendent le corps malade. Lorsque l’on sait le rôle des échanges dans l’économie sociale, le fait de bloquer les flux sociétaux et les mouvements des êtres humains, ce sont les entreprises et les sociétés qui dysfonctionnent,  suffoquent et pour certaines disparaissent ; cela provoque un enchainement maladif dans la société. Dynamisme ou inertie, les résultats sont différents. Cela se confirme également dans la dimension du flux atomique.

Une induction de chômage de masse pourrait rappeler les antécédents historiques, notamment les années 1930 et le mauvais souvenir de la montée du petit führer, le dictateur fasciste Adolf ou d’autres personnages ténébreux de l’époque toutes géographies confondues. Inutile de tenter de procéder à un remake diabolique de l’histoire... L’on sait ce que les nations avaient fait de leurs chômeurs de l’époque en les transformant en chair à canon. Les complicités croisées de dirigeants au service de la destruction et du bénéfice de quelques-uns.

Les grands idéaux seraient aussi de prolonger les interactions entre les états membres, et les institutions pour mutualiser les efforts face aux grands enjeux concernant les personnes et les biens, pour le bien-être des peuples en considérant la matérialité et les outils au service du développement et de l’évolution, des sociétés et des personnes. La clé de la circulation soutenue par une répartition équilibrée est un enjeu majeur pour les diverses formes de vie.   

la perspective du « Tous ensembles » complétée par « un pour tous et tous pour un », dans le respect de la personne et de la vie représenterait les relais gagnants–gagnants de l’évolution vers l’émancipation, les grands et les petits, les riches et les pauvres, les hommes et les femmes, les jeunes et les vieux , les puissants et les faibles, pas en opposition, mais en complémentarité pour le développement et l’harmonie de nos géographies et des groupes qui y résident .  Un pauvre peut dépanner un riche et un riche peut aider un pauvre, ce n’est pas une incompatibilité !   Alors, « tous ensembles » ?

Ce serait là des perspectives gagnantes. Confiance et bonne chance !


EUHorizonSMEtool

Statistics

Lankytojai: 39515783

Archive

Login Form





Prisiminti mane

Pamiršote slaptažodį?
Nesate prisiregistravęs? Prisiregistruoti

Syndicate

RSS 0.91
RSS 1.0
RSS 2.0
ATOM 0.3
OPML

Other Menu

 

 sarko_obama_expl._01

     La Turquie, test-clé d'Independance de l'Europe face aux USA, les aménant de chercher en commun des nouvelles idées pour se mettre d'accord ?  

 Le débat, amical mais clair, entre les Présidents Américain et Français, Obama et Sarkozy,  la veille des elections européennes du 7 juin 2009, a montré que la question controversée sur la démande de la Turquie d'entrer dans l'Europe est actuellement le point central et le test le plus pertinent de l' indépendance de la France et de l'Europe par rapport aux Etats Unis.   

 Les electeurs européens, aussi bien en France qu'ailleurs en l'UE, auront une seule chance à trancher, ce dimanche 7 juin 2009, en choisisant leurs eurodéputés pour la période 2009 - 2014, car après ca risque d'être trop tard, vu que tous ceux qui suivent les affaires européennes dépuis des décennies savent qu'en réalité, le moment des décisions sur la Turquie viendra au plus tard en 2013, date rétenue dépuis longtemps pour une importante révision des "Perspectives Financières" de l'UE qui reflètent des choix Politiques fondamentaux.


    Le Président français, (récement encore représentant de l'UE, dans laquelle il joue un rôle important, ensemble avec la chancelière allemande Merkel, et autres leaders européens, ayant une influence notable auprès des Citoyens Européens, comme les derniers sondages montrent), réagissant à la repétition, par le nouveau Président Américain de la vieille position traditionelle de l'Washington poushant toujours vers la démande de la Turquie d'entrer dans l'Europe :

     - "Je ne peut pas laisser détruire l'Europe, (qui) est un élément de stabilisation du Monde", réponda Sarkozy. "J'ai dit au Président Obama que pour moi il était très important que l’Europe ait des Frontières", a-t-il souligné, confirmant la position Franco-Allemande commune, récemment rappellée ensemble avec la Chancellière Merkel.

    - "Il y a une différence (entre France/EU et les USA)...  sur les modalités. La position traditionnelle des Etats-Unis d’Amérique, c’est l’intégration" de la Turquie au sein de l'UE. "C’était la position du Président Bush, du Président Clinton, de tous les présidents américains".     

- "La mienne vous la connaissez : Ce n’est pas l’intégration dans l’Union Européenne. Mais j’ai proposé que nous réfléchissions, l’Europe, la Russie, la Turquie à la création d’un Espace Economique et de Sécurité en commun", a ajout Sarkozy rappelant son invitation de créer quelque chose de neuf et mieux adapté.


    Mais, "cela ne veut pas dire qu’il faut repousser la Turquie dans les ténèbres. La Turquie est un allié dans l’OTAN, (et) une Passerelle entre 2 Mondes, voilà quelle est la meilleure modalité. C’est cela dont nous avons parlé", revela-t-il. Si "nous avons une Différence sur les Modalités, nous n’avons pas une différence sur l’Objectif : Faire de la Turquie un élément de Pont entre l’Orient et l’Occident", Sarkozy assura Obama.

    - "Laissez-nous au moins une légère divergence sur un sujet, cela vous permettra de bien réfléchir pour les prochaines échéances", ajouta Sarkozy en réponse à un journaliste de l'opposition Socialiste qui avait soulevé la question de la Turquie, en la melant (comme un lobby turc notoirement essaie de faire pour exploiter la manipulation de quelques Arabes, la Civilisation Historique desquels fût pourtant detruite par l'ex-empire Ottoman-Turc) avec une question tout à fait différente : celle de la voile islamique (!), avec laquelle elle n'a rien à voir.

    - "Sur la Turquie, Monsieur, vous appartenez à un journal ...qui a appelé à voter, au moment de la présidentielle, pour mon adversaire.... Quel était votre argument à ce moment-là ? Vous disiez : « Attention, Nicolas Sarkozy va trop s’aligner sur les Etats-Unis d’Amérique », et je vois que deux ans après vous dites : « Ah, il y a un sujet sur lequel le Président Obama et le Président Sarkozy ne sont pas d’accord » Cela devrait vous rassurer, Monsieur" , réponda-t-il, en faisant sourire même le président américain, (et laissant entendre que trancher définitivemen la controverse sur la Turquie pourrait être au coeur de l' Elections Présidentielle  en France pour 2012 )
-------------------
    - "Ce que les Etats-Unis peuvent faire, c’est encourager ....TOUT PROCESSUS qui permettra à la Turquie d’être convaincue qu’elle a des amis, que ce soit la France, les Etats-Unis ou l’Europe", réponda Obama, apparamment n'excluant pas, a priori, le point de Sarkozy sur la création d'un espace commun d' économie et sécurité entre l' UE, la Turquie et la Russie (v. supra).

    "Les Etats-Unis ne sont pas membres de l’Union Européenne, nous ne pouvons pas dicter si un pays quelconque adhère ou n’adhère pas à l’UE"; Obama a admis, parlant de la "Turquie, (sur laquelle) le Président Sarkozy et moi nous sommes entretenus sur ce dossier avant".  "Maintenant le Président Sarkozy représente un Etat membre de l’Union Européenne et il a une position différente", opposée à démande turque d' entrée dans l'UE.    

 "La Turquie par contre est un allié de l’OTAN très important. ...La Turquie a fait connaître son intérêt à une intégration croissante avec l’Europe et nous (USA) encourageons cette attitude. J’ai souvent dit que l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne serait importante".     

"Mais, (en tout cas) je crois qu’il est important de noter que le Président Sarkozy appuie fortement le travail que la Turquie fait au sein de l’OTAN et je crois qu’il s’intéresse à une intégration économique plus intense avec la Turquie". (Ce qui pourrait se faire, justement, avec un "parténariat privilegié" adéquat et/ou l'idée de créer un espace commun EU - Turquie - Russie  : V. supra).     

sarko_obama_sml 

Est-ce que l'effort du Président de la France, soutenu par la chancelière Allemande et l'opinion publique de la plupart des Citoyens Européens la-dessus, de trouver un accord entre l' Europe et l' Amérique sur la Turquie, en proposant de sortir des chemins battus et créer du neuf, en etablissant "un Espace Commun d' Economie et Sécurité" (v. supra), suffira de calmer un lobby traditionaliste à quelques bureaucrates de Washington DC, datant dès l'époque de l' ex-"Guerre Froide", beaucoup plus ancien que le nouveau Président vénu de l' oxygen des "grands lacs" près de Quebec du Canada : Chicago, connu comme "la ville du vent" nouveau ?
-----------------------------------------------------------------------
Le Prémier Ministre Fillon appele à "faire vivre le Rève Européen"

------------------------------------------------------------------------  

 Seul l'avenir le dira. Mais, entre-temps, l' Europe ne peut plus attendre et perdre encore plus du temps et d'energie vitale sur la démande controversée de la Turquie, qui a notoirement menacé d'arrêter l'édification européenne dépuis 1999-2005 :

    Comme le Premier Ministre François Fillon a clairement dit, un peu plus tôt cette semaine, dans un discours éloquent sur les enjeux de l' Election Européenne de ce juin 2009 (V. résumé envoyé aux adhérents d'"EuroFora"),

fillon_400

    - "S' abstentir, c'est laisser à la Technocratie le pouvoir de dominer" la vie des Citoyens européens, qui devraient prendre l' Europe en branle le corps", et commencer d'agir par toutes les voies politiques démocratiques, prennant conscience que "l' Europe c'est Nous, (i.e. les Citoyens), et "Pas eux !" (i.e. les Technocrates), selon une image symbolique.

    - "Je me souviens de l' Europe obligée de faire Silence, (au Passé), quand "les Grands" décidaient de son sort", rappela Fillon.  "Je me souviens de l'Europe divisée, de l' Europe dominée" par d'autres, '"de l'Europe appauvrie""Je me souviens de Berlin occupé, muré, divisé comme un butin qu'on tire aux dès. Je me souviens du Silence de Varsovie. Je me souviens du Silence de Prague"..   

 - "Nous, les Européens, nous avons bien failli sortir de l' Histoire, et dévenir, pour du bon, les dès d'un jeu joué par d'autres".     

- "C'est pourquoi je ne peux pas concevoir une Europe qui ne serait pas Souveraine, une Europe qui ne serait pas Maitresse d'êlle-même", aujourd'hui et démain, martella-t-il. "Le Monde s'est habitué trop longtemps à une Europe faible, que l'on pouvait traiter avec condescendence".  

 - "Le moment est venu de rélever le défi : Le moment est vénu de montrer que, nous les Européens, avons décidé d'être débout, et d"être nous-mêmes".     

"Dépuis 2 ans (i.e. dès les Elections Présidentielles de 2007), avec Nicolas Sarkozy, nous avons oeuvrer pour relever notre Identité Nationale (de la France), dont nous sommes fiers. Et bien, l'' Identité Européenne mérite tout autant, elle qui prolonge les Génies de nos Nations".

goethe_shakespeare_400


    - "Je crois à la présence d'une Civilisation Européenne", déclara Fillon, largement applaudi par des milliers de personnes ayant entendu une série des Musiques entremelées characteristiques de differents pays européens, et des images lumineuses géantes avec des extraits symboliques de Goethe, de Victor Hugo, de Shakespeare, et d'autres auteurs italiens, espagnols etc celebres à travers l'histoire.

    - "L' Humanisme, la tolerance, la Liberté de la Conscience. La Solidarité. L' Etat de Droit. La confiance placée dans la Science, l' Innovation, le progrès. Toutes ces Valeurs, elles disent clairement où commence et où s'épanuit cette Europe" que nous voulons, observa-t-il.

    En harmonie avec les positions soutenues par le Président du Parlement Européen, eurodéputé allemand, Hans Gert Poettering, et la Chancelière allemande, Angie Merkel, sur la "Dignité Humaine" au coeur des "Valeurs de l' Europe" moderne. Ce qui fait qu'" avec un Elargissement sans fin", même vers la Turquie, c.a.d. "sans Frontières, l' Europe Politique, l' Europe des Valeurs et l' Identité européenne" ne peuvent pas exister, comme a dit aussi le Président francais, Nicolas Sarkozy, recemment à Berlin.

    Fait important : Cette observation de Fillon a été faite le jour-même que le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe à Strasbourg concluait une semaine de réunion semestrielle sur les Droits de l'Homme, qui a examiné un grand nombre d'affaires des pires Violations (pex. Tuéries scandaleusement non elucidées, Persecutions et privations arbitraires de Liberté, personnes portées "Disparues", Tortures et "traitements inhumains et degradants", Usurpations illégales des Maisons et Patrimoines privées de Réfugiés, etc., pour lesquelles la Cour Européenne a condamné la Turquie dans plusieurs jugements, dont on attend toujours l' application)...

    - "C'est pourquoi un Elargissement sans fin de l' Europe ne peu pas être un objectif en soi. Parce qu'il ne peut que diluer l' élan européen, et detruire l' Idéntité Européenne"

    -" Voilà pourquoi nous disons, très sereinement, que nous ne sommes pas favorables à l' adhésion de la Turquie dans l'UE", conclua le Premier Ministre de la France; largement applaudi par des gens qui soulevaient le drapeau européen.

people_400    

       "Ce n'est pas un Slogan de meetings. Ce n'est pas la marque une "Hostilité" au régard de cette grande Nation (i.e. la Turquie), qui doit être étroitement associée à l' UE", pex. par un partenariat priviliegié, ou une autre formule adaptée.

    - "Mais il lui faut des Frontères à l' Europe, il lui faut des Frontières stables, qui lui permettent de renforcer son Unité et son Identité", a-t-il expliqué.

    - "Alors, c'est au nom de cette Europe charnelle, que je m'engage avec vous. Mais, cette Europe-là, ne peut avancer qu' à une seule Condition : celle de l' Europe Politique".

    "Nous avons longtemps douté qu'elle soit possible : Aux années 1970, Henri Kissinger (le notoire ex- Secretaire d'Etat Américain aux affaires etrangères, consideré, à tort ou à raison, comme chef d'orchestre du renversement du Président Allende en Chili, de l' invasion militaire de la Turquie à Chypre, etc), disait, avec une ironie blaissante : - "Ah, l' Europe ? : Quel numero de Télephone ?..." Pendant les 6 mois de la présidence française de l'UE, (7-12/2008), Henri Kissinger n'aurait aucune difficulté de rejoindre l' Europe !", observa-t-il en suscitant des nouveaux applaudissements nourris.

people_400_02


    "J'au vu l' Europe Politique se dresser, et prendre ses responsabilités : L' Europe Politique c'est celle qui agit sans délai, et avant les Etats-Unis, pour stopper des faillites Bancaires qui s'enchaînent, qui nous auraint plongés dans une Depression pire que celles des années 1929. L' Europe Politique est celle qui, maintenant, doit mettre un fin à un Capitalisme Financier, qui a perdu sa boussole. L' Europe Politique est celle qui a réussi d'etablir le règles les plus ambitieuses au Monde dans la lutte contre le rechaufement Climatique. Samedi, nous celebrons l' anniversaire du debarquement de la Normandie, où nos amis Américains ont pris une part décisive à nôtre libération. Mais, en décembre 2009, à la Conference (Mondialle) de Copenhague, c'est nous les Européens, qui allons leur montrer le chemin vers cet avénir commun" pour la sauvegarde de l'Environement naturel. L' Europe Politique c'est celle qui, en août 2008, lorsque la Guerre faisait rase entre la Russie et la Géorgie, s'est interposée pour imposer la Paix. Et c'est elle qui doit, maintenant, se doter des moyens Militaires de se défendre par elle-même, pour elle-même", ajouta-t-il en évoquant clairement la création d'une Défense Européenn Autonome.

 

    "L' Europe Politique c'est celle qui doit bâtir des grands champions Industriels Européens, comme nous avons fait, auparavant, pour (l'avion) Airbus ou (la fusée) Ariadne. C'est celle qui doit exiger la Reciprocité dans les rlations Commerciale avec nos grands partenaires", sans Dumping Social ou Environmental, ni autre Concurrence Deloyale. "C'est celle qui doit se doter comme objectif d'être "le Continent de l'Esprit", réunissant les plus grandes Universités du Monde, en multipliant les Connexions, entre Scientifiques et étudiants."


    "Nous respecterons nos engagements, jusqu'au dernier", souligna le Premier Ministre de la France, peu après que les candidats-eurodéputés de la coalition Gouvernementale (UMP : Mouvement pour la Majorité Présidentielle) ont signé solennement, devant plusieurs milliers des Citoyens, une spectaculaire pancarte-géante avec "7 engagements" pour les Elections Européennes du 7 juin, auxquels figure aussi l'engagement de "s'opposer à l' adhésion de la Turquie dans l'UE".

     - "Parcque ce respet des engagements est une exigence si nous voulons rétablir la Confiance entre les Responsables Politiques et les Citoyens", conclua Fillon, la veille de ces Elections Européennes de juin 2009, après les Abstentions Majoritaires de 1999 et 2004, suivies de 3 "NON" à 3 Euro-Réferenda dépuis 2005, (dates auxquelles, quelques gouvernements du Passé, avaient donné le statut d'un "Candidat" et commencé des "Négotiationa d'adhésion" avec la Turquie, suivies d'un blocage sans précedent de l' édification européenne)..

20090604_212357_400

"Nore Europe n'est pas n' importe quelle Europe : L' UE Technocratique n'est pas la nôtre. ... L' UE sans Frontières n'est pas la notre. L' UE desincarnée n'est pas la notre". "Nous portons une idée de l'Europe" qui "n'est pas celle des Statistiques et des Bureaux(crates). L'Europe ce n'est pas qu'une Monnaie. Ce n'est pas qu'un Marché. économique".


- "L' Europe c'est d'abord une Culture. L'Europe c'est une Histoire", a-t-il dit, largement applaudi.

civilisation_400

       "L'Europe c'est une rencontre entre des Nations qui sont Millénaires et qui sont Brillantes. L'Europe c'est Paris. C''est Madrid. C'est Prague. C'est Londres. C'est Rome. C'est Varsovie. C'est Berlin. C'est Vienne. C'est Athènes : Quant on énonce ces Villes, alors on "sent" nos Héritages et nos Cultures entremelées qui circulent dans nos veines".

    - "Je suis Européen, parcque profondément Français, je sais ce que je dois aux influences de l' Atlantique et de la Méditerannée. J'aime ces Traditions qui offrent à chacun des nos Nations leur éclat. .. J'aime ses saveurs, ses paysages divers. Ils sont également miens, ou, plus précisement, je suis également fait d'eux. Je suis Européen, car, Français, j'aime l' Europe ouverte vers l' Amérique, vers l'Orient, vers l' Maghreb. J'aime les quais de Vénise, ceux d'Amsterdam. J'aime les quais de Thamise où sont vénues pendant des siècles s'amasser les richesses et les nouveautés du Monde. J'aime l' Europe curieuse. L'Europe qui rêve des lointains : L' Europe de Vasco de Gama, de Magelan. de Bougainville, de Charcot, de Monot... Cette Europe qui, aujourd'hui, s'élance vers l' Espace. Je suis Européen parce que Français, j'aime l' Europe qui prospère et qui invente. J'aime l' Europe des Trains à Grande Vitesse. J'aime l'Europe des Satellites et des Fusées. L'Europe de la Mode et des Atéliers d' Artistes. L'Europe des Grands Laboratoires, des Ingéniers. des Entrepreneurs, des Grands Architèctes, des Traditions Ouvrières. Comme rançais, j'aime l' Europe qui dit "NON" à la Tyrannie et qui se soulève à l'appel de la Liberté", a-t-il dit en

 
"Je me sens lié à ces femmes et ces hommes sans nom, qui ont levé la tête, et qui ont sécoué le joug sous lequel .. on les avait fait pliér", dit-il en évoquant pex.. la Révolution Française de 1789, le Siècle des Lumières, l'appel du Général de Gaulle contre l'Occupation NAZI, et les pires heures obscures qu'un  "Fascisme" ou "Communisme" devoyés, suivies de la Guerre Froide avaient plongé l'Europe au Passé.

"Ils sont des millions, ces Héros Anonymes de notre temps, que nous croisons sans le savoir dans nos rues et nos places. Et je ne peux pas concevoir l'Europe sans eux, et sans tous ceux qui poursuivent leur combat contre l'arbitraire et le fanatisme", ajouta Fillon. Faisant pex. rappeler un récent Film allémand, primé au Festival de Vénise, qui décrivait la vie d'un cadre à l'époque d'un régime oppressif, qui avait été chargé d'espioner la vie privée et familiale d'un couple soupçonné d'être dissidents politiques, mais, ému par leur honnêteté humaine et leur sacrifice pour sauver d'autres, a preferé risquer sa place et sa propre liberté pour les sauver, sans même qu'ils le sachent, condamné dépuis à faire un bas boulot d'anonyme perdu dans la foule..


"Quand je vois l'Europe moderne, je vois les résultats de l' Audace de ces hommes qui ont brisé les traditions de conflit et de violence. Je vois des nations soudées autour d'une monnaie unique et protectrice. Je vois 27 jeunesses appelées de grandir ensemble, sans défiance. Je vois 27 peoples unis, qui nous interdisent de jouer les blazés ou les indifférents".

Jettant "un régard lucide sur les errements de la construction européenne", Fillon a observé que "l' Europe n'a pas bésoin d'être idélisée pour être ce qu'elle est ; Cad. une aventure humaine, avec ses faiblesses et ses forces".

"Vous voulez que l' Europe agisse ? Fixez-lui des objectifs clairs. Vous voulez la Démocratie ? Agissez en Citoyens. Vous rédoutez la prétendue Bureaucratie des Bruxelles ? Alors renforcez, par votre Vote, les instances élues au Parlement Européen" qui sont chargés de la contrôler.

- "Si nous voulons faire vivre "le Rêve Européen", .. alors nous avons tous le dévoir de l' engagement", a-t-il conclu, appelant de "engager pour le drapeau tricolore et le drapeau étoilé, car ils symbolisent tous les deux la fierté de nôtre nation et la force de nôtre union".

flag_400


 

Polls

2009 EU Elections were won by Parties against Technocracy and Turkey's controversial EU bid, while the 1999-2004 Majority Abstention trend decelerated. What should be done in 2009-2014 ?

Rezultatai

SMF Recent Topics SA

Copyright (c) 2007-2009 EIW/SENAS - EuroFora.net. All rights reserved. ISSN 1969-6361.
Powered by Elxis - Open Source CMS.