english french german greek italian lithuanian russian serbian spanish
Inicio arrow In Brief arrow Outlooks from the 37th Session of the Congress: CLRAE October 2019

Outlooks from the 37th Session of the Congress: CLRAE October 2019

Escrito por ACM
27.11.19

 clrae__patrick_bracker_for_eurofora_400

 

Outlooks from the 37th Session of the Congress: CLRAE October 2019

Viewpoints by Patrick Bracker   

------------------

(NDLR: Viewpoints express the Opinion of their Author, and are Not necessarily Endorsed by "Eurofora"

+ A Translation in French is provided hereafter). 

--------------------------------------------------

The congress meeting took place in a healthy atmosphere at the Palais de l'Europe, bringing together local and regional elected representatives from the 47 member states. This year's overall theme is the role of mayors in safeguarding democracy. Wide range of topics  

However, it will have been noted that the presidency of the CM and the Minister for Territorial Cohesion are not present on Tuesday afternoon. ***

The establishment of the Republic of Tunisia's status as a partner for local democracy is part of an interfacing strategy with the region in the southern Mediterranean. The Tunisian elected officials were proud to join the discussion.

During the intervention of the Secretary General of the Council of Europe, the members of the Congress were very attentive, rather interested in the question of resources. The SG gave a brief historical overview of the common values of the organization and the common legal area. She welcomed the presence of many young people in the Chamber. During the dialogue with the members of the congress, the central question of means was raised again. She had responded clearly about the overall situation of the organization, mentioning difficulties and improvements.

Continuing her remarks, she presented some of the organization's new challenges, such as AI, cooperation with the United Nations agenda 2030, complementarity between the two pillars of the Council: the P.A. and the Congress, or the fight against radicalization and terrorism. She highlights the problem of the Council's attractiveness in terms of employment, and as regards financial matters, she indicates, without specifying them, possible development opportunities, proposing to return to the real growth rate of 0 rather than the nominal growth rate O... The difference represents a significant sum for the activities.

In the course of the discussions, it was pointed out by many elected officials that the local level is the closest to citizens. This is an obvious fact that some hierarchies sometimes tend to minimize or even forget.

Among the technical topics discussed, "the fair distribution of taxes in cross-border areas", presented by the Mayor of Metz and the President of FEDRE (Foundation for the Economy and sustainable Development of the Regions of Europe). The general discussion showed difficulties encountered such as the cost of infrastructure related to cross-border mobility, the construction of housing in host basins, social issues, care, and pensions. In the shared figures, we will retain a key statistical element relating to the asset-resident ratio: 20 years ago: 2/1, current: 1/1, future: 1/2. This evolution is explained by many parameters that have not been developed.  

When a region straddles two countries, synergies can be found between those in charge. If the border worker generates a load, -infrastructure, services... - he also brings the transfer of wealth, this has not been mentioned!

Indeed, in this debate I find that not enough has been done to defend the positive aspects of these cross-border issues: the meeting, the knowledge of each other and of local situations on the other side of the border, or the construction of joint projects... The people who travel pay for the trip, part of the price of which is intended for the depreciation of road or rail installations. By working on the other side of the border, these people do not inflate the unemployment rate problem in their own countries. Attractive salaries allow employees to make expenses in their country of origin or residence.

These real aspects seem to have been omitted by the elected representatives, who did not however forget to call for an increase in the budget for the Congress... The elected representatives declared their willingness to avoid double taxation and shared the experiences of compensation funds in some cases or co-financing in others.

In the end, cross-border cooperation is used to build bridges and projects: human, technical, school, scientific, financial, cultural... In general, things are going quite well, as in the examples cited between Germany and Switzerland, or Sweden with Denmark.

However, one weakness of the report was noted: the case of seasonal workers from the Central and Eastern European countries was not mentioned. In the Netherlands, administrative simplifications would be welcome to facilitate short trips. In summary, this report has remained focused on the issues of taxes and social insurance and represents a first step, pending the reaction of the CM. Are local authorities involved in the discussion, where are these issues left to the states?  

The speeches by Minister Ivan Malenica or the President of the PA Maury-Pasquier provided technical perspectives at the level of a state, Croatia, or of human prospective and law with a symbiotic vision or osmosis at the level of these two pillars of the Council of Europe, the PA and the Congress.

Mrs Maury-Pasquier referred to the convergence of the themes addressed by the Congress with the work of the PA: election observation in Turkey, local and regional democracy in the Russian Federation, and partnership with Tunisia. Regarding the relationship between the two bodies, she informed Congress of the ongoing development with the Committee of Ministers to establish a joint committee mechanism. The objective is to allow a joint reaction in some cases.  

A topical and sensitive thematic debate was discussed on Wednesday morning in the Chamber: "Cyber security in smart cities". The subject covered by Professor A. Prosser from the University of Vienna, who has linked the elements of technological progress, cost reduction and the prospects for multiple applications.

Various examples were cited by stakeholders from different geographical backgrounds.  The one of the Mayor of the city of Astrakhan (½ million inhabitants) with the implementation of video surveillance to reduce crime, or the modernization of cities during the Franco-Armenian forum.

A request for caution in the use of new technologies was made by the former Austrian President of the Congress and a youth delegate asked about data collection and sharing: "who owns, what use"? These few concerns expressed by some of them about freedom or data protection but also about property, represent an extension of the collective reflection of our societies and citizens.            

In response to the debate, Professor Prosser replied that he was aware of the holistic task in the face of these developments.  On the other hand, Europe is lagging behind in some vectors compared to other areas, and progress should be made on various levels: science, subject, education.

Two sensitive reports on election observation in Istanbul or local and regional democracy in the Russian Federation provided interesting insights into these issues and realities.  The speech of the Mayor of Istanbul Imamoglu was well received by the Congress, his speech being highly applauded by the members; one could feel a certain distance between the opposition members, more in favour at the European level, and the supporters of power in Turkey.  

During the plenary discussion, the head of the Turkish delegation replied to some criticism by specifying that in Strasbourg there were also police forces in the streets. He concluded by saying that his delegation rejected the report presented. The Turkish socialist elected representatives or Epp have also gone in this direction. In particular, they recalled that the Pkk is considered a terrorist group. Mayors suspended from office are suspended because of their support for this group... There is therefore an ongoing judicial investigation. Other speakers mentioned that the reality of things includes positive or worrying aspects, it was also recalled that Turkish justice exists.  

It is questionable whether the European dynamic would no longer be effective by setting an example of fundamental values while respecting the levels of societal change that exist elsewhere. At the same time, not to seek to impose its gains when societies are not ready, or have different historical or societal visions. Afterwards, you can always choose what to share and with whom.

-----------------

clrae_oct._2019_russia_transborder_coop_pbracker_for_eurofora_nov._2019_400_01
 

During his sober and professional speech, the Deputy Minister of Justice of the Russian Federation Serguei Bystrevskii gave an overview of the sociological, ethnolinguistic realities encountered in the gigantic Russian geography. 180 ethnolinguistic peoples and groups with diverse mentalities and notions of justice, citing the difficulty of establishing a democratic standard for groups ranging from 500,000 to 500 people. The proactive and dynamic administrative response takes into account the many anthropological factors to meet the needs of populations.

It can be seen that this effective management allows minorities to exist and to speak their regional or local languages. Not every member state of the Council of Europe can say the same: there is room for improvement!

During the general discussion on local and regional democracy in the Russian Federation, MP Drozdenko Epp, acknowledged that the report on the Russian situation represented an excellent follow-up work. The search for an optimal model continues with many advances. He recalled that there had been no experience in regional matters for a century. A Georgian elected official reversed the "occupation" of the territory by concealing part of the reality that had induced the existing situation.

On Thursday, the theme presented by English Dawson, relating to "the use of languages by local and regional authorities", revealed fascinating exchanges between speakers, including the narratives of some examples of the use of minority or official languages and their links between administrations and populations

This essential question, which concerns the identity of individuals, has developed around a lively and dynamic discussion. The interventions focused on the role of the mother tongue as an essential human right, an issue of communication or misunderstanding. A Turkish elected official reported that a person was lynched because he spoke Kurdish. In Hungary, a young delegate pointed out that languages belong to the European cultural heritage, which is also very useful when travelling across borders! A Serbian elected official claims that the mother tongue is a human right.

In Belgium there are some tensions between languages. As a result, the administration communicates with everyone in their own language, subject to significant % of the population. It is also noted that half of the member states have not ratified the Charter for Minority Languages...

Other examples of linguistic realities are presented, such as the loss of the heritage language for migrants, with the example of Dutch nationals in Australia. In Russia, no minority languages have been lost, the national administration provides support. After the Ukrainian Marchenko's intervention, the Russian Melnichenko replied that his Ukrainian colleague had given erroneous information and recalled the recent Russian-speaking discrimination in Ukrainian law that does not respect the UN Convention and Council of Europe standards.

Overall, during the discussions on several themes, Russian elected officials reacted to some provocative interventions by Georgian or Ukrainian elected officials. On the Russian occupation of Georgia, it should be recalled that it was Georgia that crossed the border and created the problem. Regarding the problem in eastern Ukraine, responsibility is shared on both sides of the border, with Kyiv's attitude towards the Russian language being one of the factors that contributed to the conflict in the Donbass.

With regard to these skirmishes, let us hope that the Georgian chairmanship of the Committee of Ministers will not continue a chaos similar to the Ukrainian situation proven for four years in the P.A. In this respect it was reassuring to note that the work of the CLRAE and the CM was only slightly affected by behavioural or psychological contamination, or trafficking in internal influences.  

I also hope that the organization will be able to protect itself in the future from such non-academic activities far from the atmosphere necessary for a serene and sustainable place of communication. This platform for dialogue and exchange serves to identify problems, reflect on them and find together solutions to build an architecture of interactive legal standards covering the pan-European space.

A little later, the presentation of the Congress medal was an emotional moment for the interested parties, actors and colleagues, but little external vibration compared to these self-congratulations.  

To mark the celebration of the 70th anniversary of the organization, Congress and political group leaders delivered attractive, relevant and optimistic European speeches to members of the assembly and listeners in the stands.

Throughout the week, actions related to the Congress activities were developed. The celebration of the cooperation agreement between the women mayors of Bosnia and Herzegovina, or the reception offered by the Member States parties to the cross-border cooperation: Finland, Estonia, Lithuania, Poland, Sweden and Norway, with the Russian Federation. After the speeches delivered by the personalities present in these states, a friendly and frugal reception followed, hosted by a group of musicians performing classical scores of the musicians with their string or wind instruments.

Exhibitions showed CEMR's, AER's missions or well executed cross-border programmes. These information stands also made it possible to make useful contacts and addresses, even to request documents. There was also a stand dedicated to European youth, another dedicated to "building peace together". An original presentation of a private nature participated by showing village cooperation in Europe. All these activities demonstrated the dynamics, the exemplary nature of society and the attractiveness of the pan-European organization.  

While the Congress meetings are based on fine or positive words and even dialogues where everyone expresses their point of view, the discussion is enriched by the sharing of field experiences including relevant analyses adjusted to the realities encountered. It emanates from numerous proposals for progress to consolidate or improve the situations encountered by these elected representatives in the field, the closest to the citizens.

That said, all this data collection and energy expenditure is not always rewarded within the hierarchy of the organization, neither in the Committee of Ministers nor by the Member States. These obstacles also exist at EU level, between the European Parliament and the European Council.  Some approaches, although adapted to the reality of European law, do not find the necessary response from certain states or authorities

Among others, we can mention the recommendation made to France on 22 March 2016 in the context of the reform of the regions. However, the Congress continues to carry out its studies and recommendations to the Member States on regional reforms. The Charter ratified by the 47 MS is an international treaty. It therefore has an important legal value in that it obliges signatory States to respect the principles it contains. This situation clearly reveals a legal dysfunction in the system. How to continue without correcting?

It would be advisable to improve the legal framework so that States follow the recommendations made when they are justified by returns from the field. Why not within the framework of the future joint committee?

Of course, all this is built over time in correlation with the other pillars of democracy, the rule of law and human rights, the organization of the Council of Europe and its member states.

 "A place for everything and everything in its place," Samuel Smiles. However, it would still be necessary to set up the harmonious interfaces of communication and coordination to make it work well. Otherwise, some would continue for a long time to propose good solutions adapted to realities, and others would continue to refuse them, as an opaque or interested vertical communication. This may explain the lack of progress on some of the vectors of European integration.


 There too there is room for improvement!                       

 

BP

------------------------------------------------------------

 

Aperçus de la 37ème session du Congrès: CPLRE  October 2019


By  Patrick Bracker       


----------------

 (NDLR: Points de vues reflettent l'opinion de leurs Auteurs, et non pas necessairement celle d'"Eurofora").

--------------------

 

La réunion du congrès s’est déroulée dans une ambiance saine au Palais de l’Europe, réunissant les élus locaux et régionaux des 47 états membres. Le thème global traité cette année portant sur le rôle des maires pour la sauvegarde de la démocratie. Vaste sujet 


L’on aura cependant remarqué l’absence de la présidence du CM et de la ministre de la cohésion des territoires prévu mardi après midi. *


La mise en place du Statut de partenaire pour la démocratie locale de la République de Tunisie se place dans une stratégie d’interfaçage avec la région au sud de la Méditerranée. Les élus Tunisiens étaient fiers de rejoindre la discussion.


Lors de l’intervention de la Secrétaire Générale du Conseil de l’Europe, les membres du Congrès furent très attentifs, plutôt intéressés par la question  des ressources. La SG  a procédé à un rappel historique succinct quant aux valeurs communes de l’organisation et de l’espace juridique commun. Elle s’est réjouie de la présence des nombreux jeunes dans l’hémicycle. Lors du dialogue avec les membres du congrès, la question centrale des moyens est remontée. Elle avait répondu de manière claire au sujet de la situation d’ensemble de l’organisation en évoquant les difficultés, et les améliorations.


En poursuivant son propos elle présente quelques nouveaux défis de l’organisation comme l’IA, la coopération avec l’agenda 2030 des Nations Unies, la complémentarité entre les deux piliers du Conseil : l’A.P. et le CPLRE, ou la lutte contre la radicalisation et le terrorisme. Elle souligne le problème de l’attractivité du Conseil par rapport à l’emploi, et s’agissant des questions financières, elle indique  sans les préciser, d’éventuelles possibilités de développement, en proposant de revenir au taux de croissance réelle 0 plutôt que la croissance nominale O… La différence représente une somme conséquente  pour les activités.


Dans l’encours des discussions, il  été signalé par de nombreux élus que l’échelon local est le plus proche de citoyens. Il s’agit d’une évidence que certaines hiérarchies ont quelques fois tendance à minimiser, voire à oublier.


Parmi les thèmes techniques discutés, «  la répartition équitable de l’impôt dans les zones transfrontalières », présenté par la maire de Metz et le président de la FEDRE. La discussion générale a montré des difficultés rencontrées comme le coût des infrastructures liées à la mobilité transfrontalière, la construction de logements dans les bassins d‘accueil, les questions  sociales, le soin, les retraites. Dans les chiffres partagés, l’on retiendra un élément statistique clé relatif au rapport actif-résident : il y a 20 ans : 2/1, actuel: 1/1, demain: 1/2. Cette évolution s’explique par de nombreux paramètres qui n’ont pas été développés. 
Quand une région est à cheval entre deux pays, on peut trouver des synergies entre les responsables. Si le frontalier génère une charge: infrastructures, services, il apporte aussi le transfert de la richesse, cela n’a pas été évoqué !


En effet, dans ce débat je trouve que l’on n’a pas assez défendu les aspects positifs de ces questions transfrontalières : la rencontre, la connaissance les uns des autres et des situations locales de l’autre côté de la frontière, ou la construction de projets communs … Les personnes qui se déplacent payent le déplacement dont une partie du prix est destiné à l’amortissement des installations routières ou ferroviaires. En travaillant de l’autre côté de la frontière, ces personnes ne gonflent pas le problème du taux de chômage. Les salaires attractifs, permettent aux salariés d’effectuer les dépenses dans leur pays d’origine ou de résidence.


Ces aspects réels semblent avoir été omis par les élus qui n’ont cependant  pas oublié de réclamer une augmentation du budget pour le Congrès…  Les élus ont déclaré leur volonté d’éviter la double imposition et partagé les expériences de fonds de compensation dans certains cas ou de cofinancement dans d’autres.


Au final, la coopération transfrontalière sert à construire des ponts et des projets : humains, techniques, scolaires, scientifiques, financiers, culturels… En général ça se passe plutôt bien, comme dans les exemples cités entre l’Allemagne et la Suisse, ou la Suède avec le Danemark.
Une faiblesse du rapport a cependant été remarquée : le cas des travailleurs saisonniers venant des PECO n’a pas été cité. Aux Pays-Bas, des simplifications administratives seraient les bienvenues pour faciliter les déplacements courts. En résumé, ce rapport est resté centré sur les questions des impôts, des assurances sociales et représente un premier pas, en attendant la réaction du CM. Les collectivités locales entrent t’elles dans la discussion, où ces questions restent elles du ressort des états ? 


Les allocutions du Ministre Ivan Malenica ou de la présidente de l’AP Maury-Pasquier ont apporté des angles de vues technique à l’échelle d’un état, la Croatie, ou de prospective humaine et de droit avec une vision symbiotique ou d’osmose à l’échelle des ces deux piliers du Conseil de l’Europe, l’AP et le Congrès.


Madame Maury-Pasquier  a évoqué  la convergence des thèmes abordés par le Congrès avec les travaux de l’AP : l’observation des élections en Turquie, la démocratie locale et régionale en Fédération de Russie, et le partenariat avec la Tunisie. S’agissant des relations entre les deux instances, elle a informé le Congrès de l’élaboration en cours avec le comité des ministres, pour établir un  mécanisme de comité mixte. L’objectif est de  permettre une réaction conjointe dans certains cas. 


Un débat thématique d’actualité sensible à été discuté mercredi matin dans l’hémicycle : « la cyber sécurité dans les villes intelligentes ». Le sujet traité par le professeur A. Prosser de l’Université de Vienne, qui a fait le lien entre les éléments du progrès technologique, la réduction des coûts et les perspectives d’applications multiples.


 Divers exemples furent cités par les intervenants de différentes origines géographiques.  Celui de la Maire de la ville d’Astrakhan (½ millions d’habitants) avec la mise en place de la surveillance vidéo pour réduire la criminalité, ou la modernisation des villes approfondie durant le forum franco-arménien.


Une demande de prudence en regard de l’utilisation des nouvelles technologies a été faite par l’ancienne présidente autrichienne du Congrès et un jeune délégué interrogeait à propos de la collecte et partage des données : « qui détient, quelle utilisation » ? Ces quelques préoccupations affichées par les uns ou les autres  au sujet de la liberté ou de la protection des données mais aussi de la propriété, représentent le prolongement de la réflexion collective de nos sociétés et citoyens.           


En écho au débat, le professeur Prosser  à répondu qu’il était conscient de la tâche holistique face à ces évolutions. D’autre part l’Europe est en retard sur certains vecteurs par rapport à d’autres espaces, il faudrait progresser sur divers niveaux : science, matière, éducation.


Deux rapports sensibles sur l’observation d’élection à Istanbul  ou la démocratie locale et régionale en Fédération de Russie ont apporté des éclairages intéressants de ces dossiers et réalités.  L’allocution du maire d’Istanbul Imamoglu a trouvé un écho devant le Congrès, son discours étant applaudi par les membres, l’on pouvait ressentir une certaine distance entre et les membres de l’opposition plus favorables à l’échelon européen et les tenants du pouvoir en Turquie. 


Durant la discussion en plénière, le chef de la délégation turque, a répondu à quelque critique en spécifiant qu’à Strasbourg il y avait aussi des forces de l’ordre dans les rues. Il a conclu son propos en disant que sa délégation rejetait le rapport présenté. Les élus socialistes ou Ppe turcs sont allés dans ce sens également. Ils ont notamment rappelé que le Pkk est considéré comme un groupe terroriste. Les maires suspendus de leurs fonctions, le sont du fait de leur soutien à ce groupe.. Il y a donc une instruction judiciaire en cours. D’autres intervenants ont évoqué que la réalité des choses comprend des aspects positifs ou préoccupants, il a aussi été rappelé que la justice turque existe. 


L’on peut se demander si la dynamique européenne ne serait plus efficace en montrant l’exemple des valeurs fondamentales tout en respectant les niveaux d’évolutions sociétales qui existent ailleurs. Dans le même temps de ne pas chercher à imposer ses acquis lorsque les sociétés ne sont pas prêtes, ou possèdent des visions différentes, historiques ou sociétales. Après, l’on peut toujours choisir quoi partager et avec qui.


Au cours de son intervention sobre et professionnelle, le vice -ministre de la justice de la Fédération de Russie Serguei Bystrevskii a brossé un tableau d’ensemble des réalités sociologique, ethnolinguistique rencontrées dans la gigantesque géographie russe. 180 peuples et groupes ethnolinguistiques dotés de diverses mentalités et notions de la justice, en évoquant la difficulté d’établir une norme démocratique pour des ensembles allant de  500000 à 500 personnes. La réponse administrative proactive et dynamique tient compte des nombreux facteurs anthropologiques pour répondre aux besoins de populations.
L’on constate que cette gestion efficace permet aux minorités d’exister et de parler leurs langues régionales ou locales. Chaque état membre du conseil de l’Europe ne peut en dire autant : il y a des progrès à faire!


Durant la discussion générale de la démocratie locale et régionale en Fédération de Russie, le député Drozdenko Ppe a reconnu que le rapport sur la situation russe représentait un excellent travail de suivi. La recherche d’un modèle optimal se poursuit avec de nombreuses avancées. Il a rappelé qu’il n’y a pas eu d’expérience en matière régionale depuis un siècle.  Un élu géorgien est revenu sur « l’occupation » du territoire en occultant une partie de la réalité, qui avait induit la situation existante.


Jeudi le thème présenté par l’anglais Dawson, relatif à « l’usage des langues par les pouvoirs locaux et régionaux » a révélé des échanges passionnants entre les orateurs, comprenant les narrations de quelques exemples quant à l’utilisation des langues minoritaires, ou officielles et leurs articulations entre les administrations et les populations
Cette question essentielle qui touche l’identité des personnes s’est développée autour d’une discussion vivante et dynamique. Les interventions ont porté sur le rôle de la langue maternelle en tant que droit essentiel de l’Homme, enjeu de communication ou d’incompréhension. Un élu turc a signalé qu’une personne a été lynchée car elle parlait kurde. En Hongrie, un délégué jeune précise que les langues appartiennent au patrimoine culturel européen, de surcroit très utile lors de déplacements transfrontaliers ! Un élu serbe affirme que la langue maternelle fait partie des droits de l’Homme.


En Belgique quelques tensions existent entre les langues. De ce fait, l’administration communique avec chacun dans sa langue, sous réserve de % significatifs de la population. L’on fait remarquer aussi que la moitié des états membres n’ont pas ratifié la charte des langues minoritaires …


D’autres exemples des réalités linguistiques sont présentés, comme la perte de la langue d’origine pour les migrants, avec l’exemple des ressortissants des Pays-Bas en Australie. En Russie, aucune langue minoritaire n’a été perdue, l’administration nationale apporte son soutien. Après l’intervention de l’ukrainien Marchenko, le russe Melnichenko a rétorqué que son collègue ukrainien a donné des informations erronées et rappelé la discrimination russophone récente dans la loi ukrainienne qui ne respecte pas la convention de l’ONU, ni les standards du Conseil de l’Europe.


Dans l’ensemble, durant les discussions sur plusieurs thèmes, les élus russes ont réagi à quelques interventions provocatrices de la part d’élus géorgiens ou ukrainiens. Sur l’occupation russe en Géorgie, il faut rappeler que c’est la Géorgie qui a franchi la frontière et créé le problème. Concernant  la problématique dans l’est de l’Ukraine la responsabilité est partagée des deux côtés de la frontière, l’attitude de Kiev par rapport à la langue russe étant l‘un des facteurs ayant favorisé le conflit dans le Donbass.


Par rapport à ces escarmouches, espérons que la présidence géorgienne du comité des ministres ne va pas poursuivre un chaos similaire à la situation ukrainienne avérée durant quatre ans à l’A.P. A cet égard il était rassurant de constater que les travaux du CPLRE et du CM n’étaient que peu affectés par les contaminations comportementales ou psychologiques, ou les trafics d’influences internes. 


L’on espère aussi que l’organisation saura à l’avenir se prémunir de telles activités non académiques éloignées de l’ambiance nécessaire à un lieu de communication serein et pérenne. Cette plateforme de dialogue et d’échanges sert à déceler les problèmes, d’y réfléchir et de trouver ensemble les solutions pour construire une architecture de normes juridiques interactives couvrant l’espace paneuropéen.


Un peu plus tard, la remise de la médaille du Congrès était un instant rempli d’émotion pour les intéressés, acteurs et collègues, mais peu de vibration extérieure par rapport à ces autocongratulations. 


Pour marquer la célébration du 70ème anniversaire de l’organisation, les responsables du Congrès et des groupes politiques ont livré des discours européens attrayants, pertinents, teintés d’optimisme aux membres de l’assemblée et des auditeurs présents dans les tribunes.


Au long de la semaine, des actions en rapport avec les activités du Congrès ont été développées. La célébration de l’accord de coopération entre les femmes maires de Bosnie-Herzégovine, ou la réception offerte par les états membres parties au programme de coopération transfrontalières, Finlande, Estonie, Lituanie, Pologne, Suède et Norvège, avec la Fédération de Russie. Après les discours prononcés par les personnalités présentes de ces états, s’en suivait une réception conviviale et frugale, animée par un groupe de musiciens interprétant des partitions classiques les musiciens avec leurs instruments à cordes ou à vent.


Des expositions montraient les missions du CCRE, de l’ARE ou des programmes transfrontaliers bien réalisés. Ces stands d’informations permettaient également de prendre des contacts et des adresses utiles, voire de demander l’envoi de documents. Il y avait aussi un stand dédié à la jeunesse européenne, ou un autre consacré  à « construire la paix ensemble », Une présentation originale d’ordre privée participait en montrant des coopérations de villages en Europe. Toutes ces activités témoignaient de la dynamique, de l’exemplarité sociétale ou encore de l’attractivité de l’organisation paneuropéenne. 


Si les réunions du Congrès procèdent de belles paroles, positives et même des dialogues ou chacun exprime son point de vue, la discussion est enrichie par le partage des expériences de terrain comprenant des analyses pertinentes ajustées aux réalités rencontrées. Il émane de nombreuses propositions de progrès pour consolider où améliorer les situations rencontrées  par ces élus de terrain, le plus proche des citoyens.


Toute cette collecte de données et dépense d’énergie, ne sont pas toujours récompensées dans le cadre de la hiérarchie de l’organisation, ni au Comité des ministres ni par les états membres. Ces blocages existent aussi au niveau de l’UE, entre le Parlement Européen et le Conseil européen.  Certaines démarches, pourtant ajustées à la réalité du droit européen ne trouvent pas l’écho nécessaire auprès de certains états ou des Instances


Entre autres, l’on peut citer la recommandation faite à la France le 22 mars 2016 dans le cadre de la réforme des régions. Pourtant, le Congrès continue de faire ses études et recommandation aux EM sur les réformes régionales. La Charte ratifiée par les 47 EM est un traité international. Elle a donc une importante valeur juridique en ce qu'elle contraint les États signataires à respecter les principes qu'elle contient. Cette situation révèle de manière claire un disfonctionnement juridique du système. Comment continuer sans corriger ?  


Il serait judicieux de faire progresser le dispositif  légal pour que les états suivent les recommandations faites lorsqu’elles sont justifiées par les retours du terrain. Pourquoi pas dans le cadre du futur comité mixte ?
Bien entendu tout cela se construit dans la longueur du temps en corrélation avec les autres piliers de la démocratie de l’état de droit et les droits de l’Homme, l’organisation du Conseil de l’Europe et ses EM.


 « Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place » :  Samuel Smiles. Encore faudrait-il mettre en place les interfaçages harmonieux de la communication et de la coordination pour que ça fonctionne bien. Sinon, les uns continueraient encore longtemps à proposer des bonnes solutions ajustées aux réalités, et les autres continueraient à les refuser, au titre d’une communication verticale opaque ou intéressée. Ceci peut expliquer le manque d’avancées quant à certains vecteurs de la construction européenne.

 Là aussi il y a des progrès à faire !

 


(../..)

 

--------------------------------------

Enterprise Europe Network

Statistics

Visitantes: 57639716

Archive

Login Form

Syndicate

RSS 0.91
RSS 1.0
RSS 2.0
ATOM 0.3
OPML

Other Menu

 

 sarko_obama_expl._01

     La Turquie, test-clé d'Independance de l'Europe face aux USA, les aménant de chercher en commun des nouvelles idées pour se mettre d'accord ?  

 Le débat, amical mais clair, entre les Présidents Américain et Français, Obama et Sarkozy,  la veille des elections européennes du 7 juin 2009, a montré que la question controversée sur la démande de la Turquie d'entrer dans l'Europe est actuellement le point central et le test le plus pertinent de l' indépendance de la France et de l'Europe par rapport aux Etats Unis.   

 Les electeurs européens, aussi bien en France qu'ailleurs en l'UE, auront une seule chance à trancher, ce dimanche 7 juin 2009, en choisisant leurs eurodéputés pour la période 2009 - 2014, car après ca risque d'être trop tard, vu que tous ceux qui suivent les affaires européennes dépuis des décennies savent qu'en réalité, le moment des décisions sur la Turquie viendra au plus tard en 2013, date rétenue dépuis longtemps pour une importante révision des "Perspectives Financières" de l'UE qui reflètent des choix Politiques fondamentaux.


    Le Président français, (récement encore représentant de l'UE, dans laquelle il joue un rôle important, ensemble avec la chancelière allemande Merkel, et autres leaders européens, ayant une influence notable auprès des Citoyens Européens, comme les derniers sondages montrent), réagissant à la repétition, par le nouveau Président Américain de la vieille position traditionelle de l'Washington poushant toujours vers la démande de la Turquie d'entrer dans l'Europe :

     - "Je ne peut pas laisser détruire l'Europe, (qui) est un élément de stabilisation du Monde", réponda Sarkozy. "J'ai dit au Président Obama que pour moi il était très important que l’Europe ait des Frontières", a-t-il souligné, confirmant la position Franco-Allemande commune, récemment rappellée ensemble avec la Chancellière Merkel.

    - "Il y a une différence (entre France/EU et les USA)...  sur les modalités. La position traditionnelle des Etats-Unis d’Amérique, c’est l’intégration" de la Turquie au sein de l'UE. "C’était la position du Président Bush, du Président Clinton, de tous les présidents américains".     

- "La mienne vous la connaissez : Ce n’est pas l’intégration dans l’Union Européenne. Mais j’ai proposé que nous réfléchissions, l’Europe, la Russie, la Turquie à la création d’un Espace Economique et de Sécurité en commun", a ajout Sarkozy rappelant son invitation de créer quelque chose de neuf et mieux adapté.


    Mais, "cela ne veut pas dire qu’il faut repousser la Turquie dans les ténèbres. La Turquie est un allié dans l’OTAN, (et) une Passerelle entre 2 Mondes, voilà quelle est la meilleure modalité. C’est cela dont nous avons parlé", revela-t-il. Si "nous avons une Différence sur les Modalités, nous n’avons pas une différence sur l’Objectif : Faire de la Turquie un élément de Pont entre l’Orient et l’Occident", Sarkozy assura Obama.

    - "Laissez-nous au moins une légère divergence sur un sujet, cela vous permettra de bien réfléchir pour les prochaines échéances", ajouta Sarkozy en réponse à un journaliste de l'opposition Socialiste qui avait soulevé la question de la Turquie, en la melant (comme un lobby turc notoirement essaie de faire pour exploiter la manipulation de quelques Arabes, la Civilisation Historique desquels fût pourtant detruite par l'ex-empire Ottoman-Turc) avec une question tout à fait différente : celle de la voile islamique (!), avec laquelle elle n'a rien à voir.

    - "Sur la Turquie, Monsieur, vous appartenez à un journal ...qui a appelé à voter, au moment de la présidentielle, pour mon adversaire.... Quel était votre argument à ce moment-là ? Vous disiez : « Attention, Nicolas Sarkozy va trop s’aligner sur les Etats-Unis d’Amérique », et je vois que deux ans après vous dites : « Ah, il y a un sujet sur lequel le Président Obama et le Président Sarkozy ne sont pas d’accord » Cela devrait vous rassurer, Monsieur" , réponda-t-il, en faisant sourire même le président américain, (et laissant entendre que trancher définitivemen la controverse sur la Turquie pourrait être au coeur de l' Elections Présidentielle  en France pour 2012 )
-------------------
    - "Ce que les Etats-Unis peuvent faire, c’est encourager ....TOUT PROCESSUS qui permettra à la Turquie d’être convaincue qu’elle a des amis, que ce soit la France, les Etats-Unis ou l’Europe", réponda Obama, apparamment n'excluant pas, a priori, le point de Sarkozy sur la création d'un espace commun d' économie et sécurité entre l' UE, la Turquie et la Russie (v. supra).

    "Les Etats-Unis ne sont pas membres de l’Union Européenne, nous ne pouvons pas dicter si un pays quelconque adhère ou n’adhère pas à l’UE"; Obama a admis, parlant de la "Turquie, (sur laquelle) le Président Sarkozy et moi nous sommes entretenus sur ce dossier avant".  "Maintenant le Président Sarkozy représente un Etat membre de l’Union Européenne et il a une position différente", opposée à démande turque d' entrée dans l'UE.    

 "La Turquie par contre est un allié de l’OTAN très important. ...La Turquie a fait connaître son intérêt à une intégration croissante avec l’Europe et nous (USA) encourageons cette attitude. J’ai souvent dit que l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne serait importante".     

"Mais, (en tout cas) je crois qu’il est important de noter que le Président Sarkozy appuie fortement le travail que la Turquie fait au sein de l’OTAN et je crois qu’il s’intéresse à une intégration économique plus intense avec la Turquie". (Ce qui pourrait se faire, justement, avec un "parténariat privilegié" adéquat et/ou l'idée de créer un espace commun EU - Turquie - Russie  : V. supra).     

sarko_obama_sml 

Est-ce que l'effort du Président de la France, soutenu par la chancelière Allemande et l'opinion publique de la plupart des Citoyens Européens la-dessus, de trouver un accord entre l' Europe et l' Amérique sur la Turquie, en proposant de sortir des chemins battus et créer du neuf, en etablissant "un Espace Commun d' Economie et Sécurité" (v. supra), suffira de calmer un lobby traditionaliste à quelques bureaucrates de Washington DC, datant dès l'époque de l' ex-"Guerre Froide", beaucoup plus ancien que le nouveau Président vénu de l' oxygen des "grands lacs" près de Quebec du Canada : Chicago, connu comme "la ville du vent" nouveau ?
-----------------------------------------------------------------------
Le Prémier Ministre Fillon appele à "faire vivre le Rève Européen"

------------------------------------------------------------------------  

 Seul l'avenir le dira. Mais, entre-temps, l' Europe ne peut plus attendre et perdre encore plus du temps et d'energie vitale sur la démande controversée de la Turquie, qui a notoirement menacé d'arrêter l'édification européenne dépuis 1999-2005 :

    Comme le Premier Ministre François Fillon a clairement dit, un peu plus tôt cette semaine, dans un discours éloquent sur les enjeux de l' Election Européenne de ce juin 2009 (V. résumé envoyé aux adhérents d'"EuroFora"),

fillon_400

    - "S' abstentir, c'est laisser à la Technocratie le pouvoir de dominer" la vie des Citoyens européens, qui devraient prendre l' Europe en branle le corps", et commencer d'agir par toutes les voies politiques démocratiques, prennant conscience que "l' Europe c'est Nous, (i.e. les Citoyens), et "Pas eux !" (i.e. les Technocrates), selon une image symbolique.

    - "Je me souviens de l' Europe obligée de faire Silence, (au Passé), quand "les Grands" décidaient de son sort", rappela Fillon.  "Je me souviens de l'Europe divisée, de l' Europe dominée" par d'autres, '"de l'Europe appauvrie""Je me souviens de Berlin occupé, muré, divisé comme un butin qu'on tire aux dès. Je me souviens du Silence de Varsovie. Je me souviens du Silence de Prague"..   

 - "Nous, les Européens, nous avons bien failli sortir de l' Histoire, et dévenir, pour du bon, les dès d'un jeu joué par d'autres".     

- "C'est pourquoi je ne peux pas concevoir une Europe qui ne serait pas Souveraine, une Europe qui ne serait pas Maitresse d'êlle-même", aujourd'hui et démain, martella-t-il. "Le Monde s'est habitué trop longtemps à une Europe faible, que l'on pouvait traiter avec condescendence".  

 - "Le moment est venu de rélever le défi : Le moment est vénu de montrer que, nous les Européens, avons décidé d'être débout, et d"être nous-mêmes".     

"Dépuis 2 ans (i.e. dès les Elections Présidentielles de 2007), avec Nicolas Sarkozy, nous avons oeuvrer pour relever notre Identité Nationale (de la France), dont nous sommes fiers. Et bien, l'' Identité Européenne mérite tout autant, elle qui prolonge les Génies de nos Nations".

goethe_shakespeare_400


    - "Je crois à la présence d'une Civilisation Européenne", déclara Fillon, largement applaudi par des milliers de personnes ayant entendu une série des Musiques entremelées characteristiques de differents pays européens, et des images lumineuses géantes avec des extraits symboliques de Goethe, de Victor Hugo, de Shakespeare, et d'autres auteurs italiens, espagnols etc celebres à travers l'histoire.

    - "L' Humanisme, la tolerance, la Liberté de la Conscience. La Solidarité. L' Etat de Droit. La confiance placée dans la Science, l' Innovation, le progrès. Toutes ces Valeurs, elles disent clairement où commence et où s'épanuit cette Europe" que nous voulons, observa-t-il.

    En harmonie avec les positions soutenues par le Président du Parlement Européen, eurodéputé allemand, Hans Gert Poettering, et la Chancelière allemande, Angie Merkel, sur la "Dignité Humaine" au coeur des "Valeurs de l' Europe" moderne. Ce qui fait qu'" avec un Elargissement sans fin", même vers la Turquie, c.a.d. "sans Frontières, l' Europe Politique, l' Europe des Valeurs et l' Identité européenne" ne peuvent pas exister, comme a dit aussi le Président francais, Nicolas Sarkozy, recemment à Berlin.

    Fait important : Cette observation de Fillon a été faite le jour-même que le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe à Strasbourg concluait une semaine de réunion semestrielle sur les Droits de l'Homme, qui a examiné un grand nombre d'affaires des pires Violations (pex. Tuéries scandaleusement non elucidées, Persecutions et privations arbitraires de Liberté, personnes portées "Disparues", Tortures et "traitements inhumains et degradants", Usurpations illégales des Maisons et Patrimoines privées de Réfugiés, etc., pour lesquelles la Cour Européenne a condamné la Turquie dans plusieurs jugements, dont on attend toujours l' application)...

    - "C'est pourquoi un Elargissement sans fin de l' Europe ne peu pas être un objectif en soi. Parce qu'il ne peut que diluer l' élan européen, et detruire l' Idéntité Européenne"

    -" Voilà pourquoi nous disons, très sereinement, que nous ne sommes pas favorables à l' adhésion de la Turquie dans l'UE", conclua le Premier Ministre de la France; largement applaudi par des gens qui soulevaient le drapeau européen.

people_400    

       "Ce n'est pas un Slogan de meetings. Ce n'est pas la marque une "Hostilité" au régard de cette grande Nation (i.e. la Turquie), qui doit être étroitement associée à l' UE", pex. par un partenariat priviliegié, ou une autre formule adaptée.

    - "Mais il lui faut des Frontères à l' Europe, il lui faut des Frontières stables, qui lui permettent de renforcer son Unité et son Identité", a-t-il expliqué.

    - "Alors, c'est au nom de cette Europe charnelle, que je m'engage avec vous. Mais, cette Europe-là, ne peut avancer qu' à une seule Condition : celle de l' Europe Politique".

    "Nous avons longtemps douté qu'elle soit possible : Aux années 1970, Henri Kissinger (le notoire ex- Secretaire d'Etat Américain aux affaires etrangères, consideré, à tort ou à raison, comme chef d'orchestre du renversement du Président Allende en Chili, de l' invasion militaire de la Turquie à Chypre, etc), disait, avec une ironie blaissante : - "Ah, l' Europe ? : Quel numero de Télephone ?..." Pendant les 6 mois de la présidence française de l'UE, (7-12/2008), Henri Kissinger n'aurait aucune difficulté de rejoindre l' Europe !", observa-t-il en suscitant des nouveaux applaudissements nourris.

people_400_02


    "J'au vu l' Europe Politique se dresser, et prendre ses responsabilités : L' Europe Politique c'est celle qui agit sans délai, et avant les Etats-Unis, pour stopper des faillites Bancaires qui s'enchaînent, qui nous auraint plongés dans une Depression pire que celles des années 1929. L' Europe Politique est celle qui, maintenant, doit mettre un fin à un Capitalisme Financier, qui a perdu sa boussole. L' Europe Politique est celle qui a réussi d'etablir le règles les plus ambitieuses au Monde dans la lutte contre le rechaufement Climatique. Samedi, nous celebrons l' anniversaire du debarquement de la Normandie, où nos amis Américains ont pris une part décisive à nôtre libération. Mais, en décembre 2009, à la Conference (Mondialle) de Copenhague, c'est nous les Européens, qui allons leur montrer le chemin vers cet avénir commun" pour la sauvegarde de l'Environement naturel. L' Europe Politique c'est celle qui, en août 2008, lorsque la Guerre faisait rase entre la Russie et la Géorgie, s'est interposée pour imposer la Paix. Et c'est elle qui doit, maintenant, se doter des moyens Militaires de se défendre par elle-même, pour elle-même", ajouta-t-il en évoquant clairement la création d'une Défense Européenn Autonome.

 

    "L' Europe Politique c'est celle qui doit bâtir des grands champions Industriels Européens, comme nous avons fait, auparavant, pour (l'avion) Airbus ou (la fusée) Ariadne. C'est celle qui doit exiger la Reciprocité dans les rlations Commerciale avec nos grands partenaires", sans Dumping Social ou Environmental, ni autre Concurrence Deloyale. "C'est celle qui doit se doter comme objectif d'être "le Continent de l'Esprit", réunissant les plus grandes Universités du Monde, en multipliant les Connexions, entre Scientifiques et étudiants."


    "Nous respecterons nos engagements, jusqu'au dernier", souligna le Premier Ministre de la France, peu après que les candidats-eurodéputés de la coalition Gouvernementale (UMP : Mouvement pour la Majorité Présidentielle) ont signé solennement, devant plusieurs milliers des Citoyens, une spectaculaire pancarte-géante avec "7 engagements" pour les Elections Européennes du 7 juin, auxquels figure aussi l'engagement de "s'opposer à l' adhésion de la Turquie dans l'UE".

     - "Parcque ce respet des engagements est une exigence si nous voulons rétablir la Confiance entre les Responsables Politiques et les Citoyens", conclua Fillon, la veille de ces Elections Européennes de juin 2009, après les Abstentions Majoritaires de 1999 et 2004, suivies de 3 "NON" à 3 Euro-Réferenda dépuis 2005, (dates auxquelles, quelques gouvernements du Passé, avaient donné le statut d'un "Candidat" et commencé des "Négotiationa d'adhésion" avec la Turquie, suivies d'un blocage sans précedent de l' édification européenne)..

20090604_212357_400

"Nore Europe n'est pas n' importe quelle Europe : L' UE Technocratique n'est pas la nôtre. ... L' UE sans Frontières n'est pas la notre. L' UE desincarnée n'est pas la notre". "Nous portons une idée de l'Europe" qui "n'est pas celle des Statistiques et des Bureaux(crates). L'Europe ce n'est pas qu'une Monnaie. Ce n'est pas qu'un Marché. économique".


- "L' Europe c'est d'abord une Culture. L'Europe c'est une Histoire", a-t-il dit, largement applaudi.

civilisation_400

       "L'Europe c'est une rencontre entre des Nations qui sont Millénaires et qui sont Brillantes. L'Europe c'est Paris. C''est Madrid. C'est Prague. C'est Londres. C'est Rome. C'est Varsovie. C'est Berlin. C'est Vienne. C'est Athènes : Quant on énonce ces Villes, alors on "sent" nos Héritages et nos Cultures entremelées qui circulent dans nos veines".

    - "Je suis Européen, parcque profondément Français, je sais ce que je dois aux influences de l' Atlantique et de la Méditerannée. J'aime ces Traditions qui offrent à chacun des nos Nations leur éclat. .. J'aime ses saveurs, ses paysages divers. Ils sont également miens, ou, plus précisement, je suis également fait d'eux. Je suis Européen, car, Français, j'aime l' Europe ouverte vers l' Amérique, vers l'Orient, vers l' Maghreb. J'aime les quais de Vénise, ceux d'Amsterdam. J'aime les quais de Thamise où sont vénues pendant des siècles s'amasser les richesses et les nouveautés du Monde. J'aime l' Europe curieuse. L'Europe qui rêve des lointains : L' Europe de Vasco de Gama, de Magelan. de Bougainville, de Charcot, de Monot... Cette Europe qui, aujourd'hui, s'élance vers l' Espace. Je suis Européen parce que Français, j'aime l' Europe qui prospère et qui invente. J'aime l' Europe des Trains à Grande Vitesse. J'aime l'Europe des Satellites et des Fusées. L'Europe de la Mode et des Atéliers d' Artistes. L'Europe des Grands Laboratoires, des Ingéniers. des Entrepreneurs, des Grands Architèctes, des Traditions Ouvrières. Comme rançais, j'aime l' Europe qui dit "NON" à la Tyrannie et qui se soulève à l'appel de la Liberté", a-t-il dit en

 
"Je me sens lié à ces femmes et ces hommes sans nom, qui ont levé la tête, et qui ont sécoué le joug sous lequel .. on les avait fait pliér", dit-il en évoquant pex.. la Révolution Française de 1789, le Siècle des Lumières, l'appel du Général de Gaulle contre l'Occupation NAZI, et les pires heures obscures qu'un  "Fascisme" ou "Communisme" devoyés, suivies de la Guerre Froide avaient plongé l'Europe au Passé.

"Ils sont des millions, ces Héros Anonymes de notre temps, que nous croisons sans le savoir dans nos rues et nos places. Et je ne peux pas concevoir l'Europe sans eux, et sans tous ceux qui poursuivent leur combat contre l'arbitraire et le fanatisme", ajouta Fillon. Faisant pex. rappeler un récent Film allémand, primé au Festival de Vénise, qui décrivait la vie d'un cadre à l'époque d'un régime oppressif, qui avait été chargé d'espioner la vie privée et familiale d'un couple soupçonné d'être dissidents politiques, mais, ému par leur honnêteté humaine et leur sacrifice pour sauver d'autres, a preferé risquer sa place et sa propre liberté pour les sauver, sans même qu'ils le sachent, condamné dépuis à faire un bas boulot d'anonyme perdu dans la foule..


"Quand je vois l'Europe moderne, je vois les résultats de l' Audace de ces hommes qui ont brisé les traditions de conflit et de violence. Je vois des nations soudées autour d'une monnaie unique et protectrice. Je vois 27 jeunesses appelées de grandir ensemble, sans défiance. Je vois 27 peoples unis, qui nous interdisent de jouer les blazés ou les indifférents".

Jettant "un régard lucide sur les errements de la construction européenne", Fillon a observé que "l' Europe n'a pas bésoin d'être idélisée pour être ce qu'elle est ; Cad. une aventure humaine, avec ses faiblesses et ses forces".

"Vous voulez que l' Europe agisse ? Fixez-lui des objectifs clairs. Vous voulez la Démocratie ? Agissez en Citoyens. Vous rédoutez la prétendue Bureaucratie des Bruxelles ? Alors renforcez, par votre Vote, les instances élues au Parlement Européen" qui sont chargés de la contrôler.

- "Si nous voulons faire vivre "le Rêve Européen", .. alors nous avons tous le dévoir de l' engagement", a-t-il conclu, appelant de "engager pour le drapeau tricolore et le drapeau étoilé, car ils symbolisent tous les deux la fierté de nôtre nation et la force de nôtre union".

flag_400


 

Polls

2009 EU Elections were won by Parties against Technocracy and Turkey's controversial EU bid, while the 1999-2004 Majority Abstention trend decelerated. What should be done in 2009-2014 ?

Mostrados

SMF Recent Topics SA

Copyright (c) 2007-2009 EIW/SENAS - EuroFora.net. All rights reserved. ISSN 1969-6361.
Powered by Elxis - Open Source CMS.